La jolie boîte à Manzanista

IMG_8955

 

J’ai toujours aimé faire les choses à contre-courant. Laisser pousser mes cheveux quand Garance les coupe en prenant le monde à témoin. Repasser mes housses de couettes quand Elisabeth me dirait que ça s’apparente à de l’esclavage. Trouver les ballerines ultra moches et peu flatteuses pour la silhouette quand les blogueuses mode pavanent en Repetto. Couper twitter quand il y a apparemment #adp à la télé.  Manger de la raclette un 15 août quand mon slim me souffle que ce n’est pas une bonne idée, même si ça pèle en Haute-Savoie.

Et puis, surtout, partir en vacances quand tout le monde en revient. J’adore. Attendre le dernier moment. Prendre l’autoroute à contre-flux. Déballer un cadeau inattendu, dans sa jolie boîte vert pomme.

 

coffret Manzanista

 

IMG_8941

 

Renoncer pour un temps au mojito, trop vu, trop connu, trop attendu. Et craquer pour un nouveau cocktail au goût fruité de pomme verte, frais et acidulé, super simple à réaliser soi-même pour épater les copines, j’ai nommé le Manzanista. Mon verdict: ultra frais, ultra gourmand, ultra fille!

 

 

8 cl de Manzanita Marie Brizard*

8 cl Eau gazeuse

1 Quart de Citron Vert pressé

2 Tranches de Concombre

2 Feuilles de Basilic

 

Remplir un verre ballon de glaçons.
Ajouter le concombre et le basilic.
Remplir le verre à moitié de Marie Brizard Manzanita et à moitié d’eau gazeuse.
Ajouter 1/4 de citron vert pressé.
Mélanger à l’aide d’une cuillère ou d’une jolie paille.

IMG_8949

 

*Créée en 1755 à Bordeaux, Marie Brizard s’est initialement développée via la célèbre anisette. La Manzanita®, liqueur de pomme verte à 18%, est lancée en 2001.

 

Je t’offre un verre? Un voyage à Barcelone?

Pour le lancement de ce nouveau cocktail, Marie Brizard lance un concours avec un week-end à Barcelone à gagner et 50 kits cocktail « Manzanista » dans leur jolie boîte verte (jusqu’au 30 novembre). Trouve les ingrédients du Manzanista cachés dans l’image (astuce: tu peux te faire aider de tes mômes, ils vont adorer – le jeu, pas le cocktail, hein).

HOME_SITE_MANZANISTA_DEF

Pour plus d’informations sur la Manzanita et son cocktail de l’été, rendez-vous sur la page Facebook MANZANITA.

 

 

IMG_8944b

 L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

 

 

 

Orphelins

Merde, Robin, j’aime pas faire ça. Ecrire à chaud. Ecrire un truc qui va fleurir partout, un peu comme le marronnier de la rentrée, celui de Noël ou celui des résolutions de janvier. Ecrire mainstream.

Mais Robin, les trentenaires sont tous orphelins ce matin, tu comprends ?

Un peu comme à la fin de Friends. Un peu comme avec Kurt Cobain, quand on déchirait nos jeans et que ça emmerdait nos parents (leur faute, ils avaient qu’à accepter de nous les acheter troués. Enfin, moi, ma mère, elle réparait les trous, te dire la honte). Un peu comme quand Antenne 2 est devenue France 2, tu sais. Ou que Raider est devenu Twix. On s’est sentis cons, et bien seuls, d’un coup.

On était un peu tous amoureux de toi, Captain. Bon et aussi de tes étudiants hein. On avait quatorze ans, on était au collège, y avait toi, et puis y avait Ethan Hawke, aussi. Alors évidemment.

Alors ça changera rien, que tu sois plus là, concrètement. Tu nous as donné le meilleur de toi, déjà. Tu nous as fait rire, pleurer, et aussi grandir. Tout est là, gravé sur des bobines. De toi on n’oubliera rien. Mais savoir que tu n’es plus là, à l’autre bout du monde, putain, ça nous fait un choc quand-même. Regarder derrière l’écran, ça fait toujours mal.

Va falloir qu’on pense à grandir, maintenant, Jack.

C’est malin.

 

tumblr_mq590wT0oj1rwv6who1_400

 

Wonderland

Je dis souvent que j’emprunte des routes désertes chaque matin pour aller au travail. C’est faux.

Il y a le chien qui fait sa première sortie du matin, quand les matous se décident à rentrer récupérer de leur nuit de vadrouille. Il y a le lièvre surpris qui détale à perdre haleine. Les vaches lèvent un œil (bovin, évidemment) et retournent à leur rumination. Après le carrefour, Maître Goupil veille sur son domaine. S’il savait que quelques kilomètres plus tôt, j’ai effrayé un faisan de toute beauté. Il daigne s’ôter de ma route, pas trop vite, c’est le maître des lieux. Son cousin, quelques centaines de mètres plus loin, est plus véloce : il traverse la route ventre à terre, a-t-il comme moi aperçu le lapin blanc se faufiler entre les tiges de blé coupé ?

Je tourne à droite, en direction de la rivière. Dans le champ humide, deux hérons cendrés font la causette. Je longe l’eau, les familles de canards se succèdent, les cygnes se font des signes (forcément), les oies cancanent, sans doute la trouvent-elles fraîche ce matin. Je remonte, traverse la forêt, prête à sauter à pieds joints sur le frein si d’aventure une biche trouvait l’herbe plus verte de l’autre côté, mais pas ce matin, pour une fois. Dans le pré à droite, le troupeau de poneys haflinger dort encore, tête-bêche et queues rythmées comme des pendules.

La ville, enfin, et ses drôles d’animaux en costume, ses bécasses perchées sur talons-aiguilles.

 

oies

Devant nous l’étendue des possibles

La voiture a disparu derrière la haie tandis que nous agitions nos mains, et j’ai refermé la porte de la maison et contemplé le vide. Esquissé un pas de danse. Que ce fut bon de retrouver le calme. Devant nous l’étendue des possibles quand on n’a plus que deux enfants au lieu de quatre, le temps d’une semaine.

Que ce fut étrange ce premier repas, trois assiettes seulement, une seule conversation au lieu de quatre qui se croisent bruyamment au milieu des verres d’eau renversés et du rab de pâtes maman s’il te plaît.

Que ce fut doux ces câlins du soir sans devoir se partager. Que ce fut simple de partir sur un coup de tête manger des tomates cerises avec quelqu’un de chouette ♥, rentrer trop tard et ce n’était même pas grave.

Que ce fut émouvant d’entendre leurs voix joyeuses au téléphone, heureux loin de nous, heureux sans nous, la semaine multisports (le trampoline le judo le bowling l’escalade la piscine la journée à vélo le grand jeu en forêt le saut en « parachute » du toit du gymnase ça fait même pas peur et c’est trop trop bien ici maman), les cousins, les cousines, les quatre cents coups, les nuits à faire les fous dormir c’est pas pour nous.

 

Home

 

***

Que ce fut bon d’entendre son cri suivant mon coup de sonnette, que ce fut doux de la retrouver, peau hâlée et cheveux en bataille, boule chaude se pendant soudain à mon cou. Que ce fut drôle de le voir arriver, l’air de ne pas y toucher, grandi, les genoux noirs d’un jeu mystérieux entre camps ennemis répartis dans les jardins de la ruelle, m’embrasser quand même, avant de filer à nouveau défendre son poste en haut de la cabane construite par son oncle – et ne réapparaître qu’à l’odeur des crêpes.

Que ce fut dur de sonner la fin de la récré, de les convaincre de monter dans la voiture, les vacances étaient finies, il fallait rentrer. Pendant deux heures, leurs récits croisés, temps de parole mesurés et répartis équitablement, ont rythmé les kilomètres de bitume, avant que soudain le silence quand le sommeil les prit tous les deux.

Que ce fut beau au petit matin de regarder les retrouvailles de la fratrie, les yeux encore gonflés de sommeil, les cris de joie, les câlins qui débordent à nouveau des bras, les jeux, les petits et les grands, ensemble.

Que ce fut émouvant de les voir à nouveau reprendre leur place, comme si rien n’avait changé, et pourtant, plus riches d’avoir vécu sept jours intensément sept jours uniques et construit des souvenirs bien à eux.

Que ce fut évident que nous ne sommes vraiment au complet que quand toutes les chambres de la maison sont pleines, tous les lits occupés, toutes les conversations emmêlées.

 

blondes

Christel, dix-sept ans

Je crois qu’elle s’appelait Christel, je ne me souviens plus de son nom. C’était du temps où les filles s’appelaient Stéphanie ou Nathalie ou Valérie, et la seule audace consistait à enlever deux lettres à un prénom pour le rendre original.

Nous avions lu Eugène Savitzkaya cet automne-là, nous avions dix-sept ans. L’auteur nous avais fait l’honneur d’une rencontre, au cours de laquelle il avait lu des passages de son dernier livre. Nous avions ensuite, réparti les thèmes et préparé des petits exposés suite à notre lecture à présenter devant la classe, et ce matin -là, c’était au tour de Christel.

Elle portait un jeans et ses éternelles Converse, un T-shirt blanc, et un gilet noué autour desa taille. Comme nous toutes en pareille posture, à quelques exceptions près, elle n’était pas très à l’aise. Pour autant que je m’en souvienne, l’exposé avait été clair et s’était bien déroulé. Les élèves n’avaient pas eu de questions, et avaient noté de manière positive sa prestation. La professeure avait ensuite donné son opinion.

J’ai complètement effacé de ma mémoire comment elle en était arrivée à commenter la tenue de Christel, qui se dandinait encore d’un pied sur l’autre  devant la classe. Comment, et surtout pourquoi. Pourquoi elle avait insisté sur ce gilet sombre noué à la taille, questionné la volonté de masquer les hanches naissantes, et, partant, de se cacher elle-même? Nous étions en 1992 et j’entendis Christel avouer d’une voix blanche devant la classe suspendue à ses lèvres qu’elle se trouvait grosse, qu’elle n’aimait pas ses bras, trop dodus.

Le silence de la classe se fit pesant, les regards baissés. La sonnerie nous délivra toutes. Nous étions au cours de français et une élève venait d’être humiliée non en raison de son travail médiocre mais de son apparence.

Parfois le matin, quand je vois mes bras dans le miroir, je pense à Christel, dix-sept ans.

 

tumblr_l8t838razC1qdbbywo1_500

Les amoureux de Bonporteau

Les amoureux de Bonporteau

L’amour dure trois ans et après sont venus les enfants. On s’est un peu oubliés, Antoine et moi, entre les biberons et les couches, les devoirs du soir, les samedis piscine et les dimanches tennis. On a tenu bon. Julien et Chloé étaient gentils, travaillaient bien à l’école, et, à part quelques portes claquées, ils ne nous ont pas posé de soucis. Julien veut être avocat, Chloé sera bientôt médecin. J’appréhendais un peu ce moment où nous nous retrouverions à deux. J’avais tort. Nous sommes plus complices que jamais, et redevenus amants passionnés. Nous prenons goût au luxe du temps partagé. Etre simplement côte à côte. Nous sommes venus si souvent sur cette plage quand les enfants étaient petits. C’est drôle de s’y retrouver sans eux. Nous emmènerons peut-être bientôt nos petits-enfants. Mais avant, encore un peu de temps pour nous deux. Les amoureux sont seuls au monde tandis que le monde court autour d’eux.

 

Sylvie s’est couchée dans le sable, a posé sa tête sur ma cuisse et fermé les yeux derrière ses lunettes fumées. Elle est toujours aussi belle. Je lui lis un paragraphe du roman que j’ai emporté ce matin mais ma tête est ailleurs. Nous sommes le 5 mai. Ca fait trente ans. Trente ans aujourd’hui que j’ai pris sa main pour ne plus la lâcher. Dans la file au supermarché, je la serre contre moi.  Ce soir, nous boirons un verre de vin, nous danserons sans doute un peu au salon, enlacés, et je la porterai dans mes bras jusqu’à notre chambre.

 

***

Les amoureux de Bonporteau

On croit toujours que la vie est toute tracée quand on se retrouve devant l’autel à vingt-quatre ans. On avait prévu d’acheter une maison, d’avoir des enfants. Deux. Un garçon et une fille, forcément. Pour rire, on les appelait César et Rosalie. On n’était pas trop pressés. On ne s’est pas inquiétés au début. On a acheté la maison, et puis Jean était si fatigué. Quand le docteur a prononcé le mot terrible, Jean m’a serré la main tellement fort, j’ai cru qu’il me brisait les doigts. Deux mois plus tard, c’était fini. Il avait trente ans. J’ai beaucoup travaillé ensuite, pour oublier, pour ne pas avoir le temps de penser. Quand Antoine m’a abordée, ce soir-là à l’opéra, pour me rendre mon étole qui avait glissé par terre, je n’ai pas su quoi dire. J’avais oublié comment les humains se comportent entre eux. Il m’a fallu tout réapprendre. Antoine a été un professeur patient et doux. J’ai appris que la vie est rarement linéaire, j’ai appris à refaire confiance, j’ai appris que l’amour est tapi là, le plus souvent sans qu’on s’en doute. J’ai réappris le bonheur.

Viviane et moi nous étions séparés avec fracas -Viviane et Antoine, quelle rime ridicule! -  et c’est en vidant les cartons dans mon nouvel appartement que j’avais retrouvé cet abonnement à l’opéra que je lui avais offert pour son dernier anniversaire. Ce soir-là, on donnait le Cosi fan tutte de Mozart, et j’avais dû me forcer à sortir, cela faisait des semaines que je me terrais dans mon trou, entre deux vies, entre deux eaux. Je prenais un verre de champagne au foyer après la représentation quand j’ai remarqué Sylvie, seule, qui regardait par la fenêtre les lumières de la ville. Son étole avait glissé par terre, laissant apparaître sous la robe décolletée un dos d’une blancheur troublante. Je me suis approché, et elle s’est retournée au moment où je ramassais l’étoffe soyeuse. Mes mains se sont attardées une seconde de trop sur ses épaules tandis que je la replaçais. Nous avons pris le temps. Chaque soir désormais je contemple son dos tandis qu’elle se déshabille au bord du lit.

***

Les amoureux de Bonporteau

On ne vit qu’une fois. Je ne suis pas malheureuse avec Daniel, mais depuis le temps, la routine s’est installée, on ne partage plus grand chose si ce n’est le crédit de la maison qu’il a absolument voulu faire construire il y a deux ans. Il voyage beaucoup, et maintenant que les enfants sont grands, je passe beaucoup de mon temps libre dans les musées. C’est là que j’ai rencontré Antoine, de passage à Paris. Avec lui, tout est simple. Daniel est à Singapour. J’ai rejoint Antoine dans le sud. Si les enfants savaient! Je suis sûre que Chloé comprendrait. Julien, lui, prendrait certainement le parti de son père. Antoine et moi partageons la passion de la littérature. Nous passons des heures à faire la lecture à l’autre. Dans la file du supermarché tout à l’heure, il a passé son bras autour de ma taille. Je me sens femme. Je me sens jeune.

Les femmes ne sont jamais restées avec moi. Je crois que je ne suis pas fait pour la vie à deux au long cours. J’aime bien trop ma liberté pour m’attacher. Elles le sentent, je suppose. Je n’ai jamais cherché à les retenir. Pourtant je sens bien que j’aime un peu trop la compagnie de Sylvie. Elle m’a plu dès que je l’ai vue. Le vert de ses yeux – et son alliance. Je compte chaque minute de sa présence comme les plus précieuses de ma vie. Je regarde ses pieds jouer avec le sable, ses cuisses fines, sa peau si douce, sa voix si jolie aux intonations presqu’ enfantines quand elle me fait la lecture. Demain, elle s’en ira retrouver sa vie, et il me faudra oublier son rire. Ou peut-être qu’elle reviendra?

***

 

 

Le monde parallèle

Ne pas déborder. Garer sa voiture entre les lignes, comme chaque matin, sans dépasser. Parcourir les kilomètres de couloirs gris, le carrelage sable sans faire résonner trop les talons. Les portes vitrées, les entrées sécurisées, les bureaux de verre.

Rien ne doit transparaître. Ne pas faire de vagues. Aquiescer, toujours. Protester mollement, parfois, pour la forme. Ne rien montrer. Ne pas se laisser atteindre. Ne pas dévoiler qu’on est atteint tout de même, parfois. Sourire impassible collé aux lèvres, même quand les cils battent trop vite. Regarder dehors et respirer. Donner le change.

Entrer ses mots de passe, justifier son identité protégée. Etre une autre, pour quelques heures. Etre celle qu’on me demande d’être. En mission commandée – rétribuée. Les doigts sur le clavier en pilote automatique. Ne pas flancher, ne pas pleurer, ne pas rire trop fort, ne pas s’énerver, ne pas s’emporter, ne rien raconter, ne rien laisser échapper, ne rien dévoiler au dehors. Se taire, toujours. Ne jamais se révolter.

Regarder parfois par la fenêtre les avions s’envoler et la vie continuer, irréelle. Les tenues légères, les enfants qui courent, les couples qui s’embrassent à l’heure des retrouvailles,  alors qu’au dedans tout est climatisé, aseptisé. Chacun sa place et que rien ne dépasse.

Je ne suis rien d’autre qu’un bon petit soldat, huit heures par jour, dans ce monde parallèle.

Chaque jour à dix-huit heures, je fais ma révolution.

 

knast