Les jolies colonies de vacances #1

Dans notre grande folitude estivale, pour faire passer le temps pendant que tout le monde peste contre le sable qui s’infiltre dans les bonnets C, nous entamons aujourd’hui une grande série sociologique hautement scientifique et ultra sérieuse. Nous allons donc, une fois n’est pas coutume, être or-ga-ni-sés, histoire de gagner un chouïa en crédibilité. (Parce que j’ai bien remarqué ton petit sourire en coin, là, quand je dis qu’ici on cause sérieux et 100% scientifiquement prouvé.)

Chapitre 1: Les Bagages

Grande épreuve s’il en est, à moins d’être Robinson, l’Humanus Simplex aime à emporter quelques menues affaires avec lui en vacances, histoire de se rassurer et de se sentir un peu à la maison (ce qui est tout de même un comble.) Figure-toi que j’ai même connu quelqu’un qui emporte avec lui sa télé. Et aussi sa femme, pour lui décapsuler les bières.

Alors pour les bagages t’as deux écoles: les flippées , les grandes aventurières et les routières. Oui, je sais, ça fait trois. Donc t’as trois écoles on disait.

T’as remarqué que je parle au féminin? Parce que si tu as à la maison le modèle masculin qui fait les bagages de toute la famille, je dis simplement bravo. Le mien se contente de faire les siens, et c’est déjà très bien, parce que ho, chuis pas sa mère non plus (et il est bien d’accord).

Paragraphe 1: la flippée

La flippée fait des listes trois mois à l’avance. Y note absolument tout, y compris le nombre de petites culottes qu’elle va emporter. Pense à noter d’emporter son meilleur couteau, celui de grand-mère, qui coupe si bien les tomates, soigneusement emballé dans du Sopalin, pour ne blesser personne. (Toute ressemblance avec une personne connue serait bien évidemment absolument fortuite.)

Le risque chez la flippée, c’est qu’elle perde sa liste entre avril, moment où elle débute sa liste, et disons mi-juillet, moment du départ. A moins qu’elle ne fasse une liste des endroits où elle a posé sa liste.

Le second risque avec la flippée, c’est la nécessité de louer un semi-remorque pour transporter les trois quarts de la maison, parce qu’on ne sait jamais. Qu’il pleuve. Qu’il ne pleuve pas. Qu’il fasse chaud. Froid. Tiède. Venteux. Qu’il y ait des people. Ou des beaufs. Un bal. De la boue. Un concert. Un petit déjeuner sur l’herbe. Des pavés. Du sable. Une allée en gravier.

Je te parle même pas de la trousse à pharmacie, je te perdrais en route.

Bref la flippée n’a pas assez d’un rouleau de PQ pour faire tenir sa liste, et elle risque de se trouver bien dépourvue quand elle voudra aller aux toilettes du camping municipal de Pèrpette-les-Ouilles se retrouvera en octobre, à force.

Paragraphe 2: la grande aventurière

La grande aventurière, au siècle dernier, elle partait encore en stop. Depuis que c’est plus trop conseillé à cause de tous les dingues qui courent en liberté dans la nature, elle a investi dans une caisse / un scooter, ou un billet de train / d’avion. Pour te dire, hier, elle ne connaissait toujours pas sa destination. C’est te dire si pour ses bagages, c’est la grande improvisation. Elle s’y prend à la dernière minute et ne voit pas le problème.  Au hasard, deux culottes et un tube de Génie sans frotter (parce que c’est pas une dégueulasse non plus), trois hauts, un short en jeans à franges, un maillot, une paire de Converse, une paire de spartiates, et vogue la galère.

Elle se dit que comme ça elle a la place pour faire les marchés provençaux et en ramener plein de jolis trucs. Si elle est à Stockholm, ça craint un peu, mais y a toujours H&M.

Si elle rencontre le Prince Truc Machin de Suède, tu sais, le joli garçon en route, bon, évidemment, le dress-code laisse un peu à désirer, mais elle s’achète vite fait une robe gitane au marché, quelques bracelets qui font la blague, et elle l’emmène danser jusqu’au bout de la nuit dans une crique déserte. Il est ravi par tant de fraîcheur et lui demande de l’épouser, après tout, ils ont déjà un sportif dans la famille, alors pourquoi pas une gitane. (Eviter cependant de lui faire écouter Notre-Dame de Paris, il risquerait de changer d’avis).

Paragraphe 3 : la routière

La routière est un savant mélange de la flippée repentie et de l’aventurière. Elle s’y prend quelques heures à l’avance, dans le plus grand calme. Ouvre les armoires. Pose sur le lit ce qu’elle pense emporter. En dispose savamment la moitié dans la valise, remet l’autre moitié dans l’armoire, en sachant très bien qu’elle aura de toutes façons trop. Checke mentalement de haut en bas: chapeau, hauts, bas, sous-vêtements, chaussures, pour être sûre de ne rien oublier.

Pour une location, fait un sac séparé, style cabas qui resservira pour les courses sur place, avec tout ce dont elle aura besoin sur place. Emmène un autre cabas coloré qui servira de sac de plage à toute la famille. Fait une trousse à pharmacie de première nécessité.

Se dit que tout le reste, à moins de partir en Ouzbékistan septentrional, elle le trouvera sur place, ou elle s’en passera. Checke juste qu’elle a les papiers qu’il faut pour pas être emmerdée. Pour elle, les vacances ont déjà commencé.

Ensuite, comme dans toute famille traditionnelle, c’est à Monsieur que revient le plaisir de charger la voiture. Ou de peser les bagages, si départ en avion. Et là, je préfère jeter un voile pudique sur cette scène qui pourrait choquer les plus sensibles d’entre nous, et je te laisse imaginer. Moi, je vais me reposer, et je reviens bientôt pour la suite de cette saga estivale passionnante (si.).

Les commentaires

BBT

A la longue on sait ce qu’il faut fourrer dans les valises… je fais toujours « le coup de l »oubli » comme ça j’achète sur place et comme il fait beau, et qu’il est content, l’homme sort facilement sa CB…..

Réponse
Béatrice

Ahhh, ben routière tendance flippée quand même !!!! Je fais des listes que je garde d’une année sur l’autre (j’en ai une dizaine …) et puis une fois partis, je me répète comme un mantra « On ne part pas au fin fond de la pampa, on trouvera ce qui nous manque sur place » …. !!

Réponse
Bloody Mary

Je suis une routière pour le sac des gosses et une aventurière pour le mien enfin le notre vu que BN a quand même besoin que je l’aide (sans lui préparer non plus !)

Réponse
bbflo

Moi aussi, je suis une routière… mais avec les années (et les gosses qui grandissent) je deviens de plus en plus aventurière, en fait !

Réponse
eddie

je suis une routière aussi 🙂
Mais pour le coffre, c’est moi, je « tétrisse » beaucoup mieux que chéwi et j’arrive à en mettre beaucoup beaucoup dans le coffre ;-pp

Réponse
VGD75

Comme Miss Cz un mix de flippée et de routière. J’ai fait ma liste, d’ailleurs je l’ai sous les yeux. Je pars la semaine prochaine, alors ça approche. En revanche, ça ne concerne que le padawan et moi, car l’Empereur, il se démerde tout seul (moi non plus je ne suis pas sa mère mais je suis celle du padawan…).

Réponse
alorom

Et pourquoi C les bonnets, hein???Genre t’as pas de sable dans le A??Genre le sable quand il voit tes lingettes planquées sous les coques, il fuit en hurlant:  » Putain les grains ça craint!!on va tous MOURIR perdus à jamais, vite j’ai repéré une siliconnée on trace!!!!! »:D
Ceci dit: Clairement routière à 200%!!Un sac pour toutes les vacances, même si on change d’endroit!!Et en premier lieu repérage de la machine à laver du coin!!

Réponse
Mary

moi je suis une à moitié flippée, je fais une liste pour les affaires de mon fils (parce que la première fois qu’on est parti j’avais pas fait de liste et qu’on a fait demi tour à 15 km parce que j’avais oublié les biberons… un peu primordial pour un gosse de 6 mois).

Quand j’étais jeune et que je me faisais la malle tous les week end , jour ferié et vacances j’étais plutot habitué: genre je la fais les yeux fermés…

Réponse
Béatrice

Oui, bon …… 😉
Moi l’hiver dernier, une semaine avant Noël (froid et neige) j’ai oublié les bodys de P’tit Mec N°4 à la maison !! Vive le DPAM de Villefranche / Saône 😀

Réponse
Lola

Hum… j’suis du genre l’énervée, même si c’est pas dans ta liste. En gros, c’est celle qui a horreur de faire les bagages, donc qui attend toujours la dernière minute pour s’y mettre, qui met tout le monde dehors pour le faire sinon, ça va virer au massacre à la tronçonneuse… qui en met trop pour les gosses, pas assez pour elle, se tape aussi les bagages du mari, sinon il a le chic pour mettre son jean qui pèse 3 tonnes en vrac sur la petite robe délicate et la froisse pour toutes les vacances (ça marche aussi avec mes T-shirts), après on passe au chargement de la voiture, monsieur est nul au tetris mais comme tu le fais remarquer c’est une mâle activité donc il s’y colle (au lieu de me laisser faire – rq je râlerais que je fais tout et lui rien) et râle autant que moi pendant les valises, de toutes façons y’a bcp trop de bagages, et là j’arrive avec le petit sac de dernière minute (ramassage de tout ce que j’ai oublié quand je fais le tour de la maison) et donc ça explose.
Donc on se fait la gu… pendant les 50 premiers km – avant de rire de nous-mêmes quand la tension commence à se relâcher.
Tous les ans je me dis que je devrais faire des listes (mais c’est tellement pas ma nature…).
Sinon, une année avec la trollette de 2 ans et 1/2 et le troll de 6 mois, on est partis avec le micro-ondes (pour faire chauffer les plats de bébés: j’avais détesté le bain-marie l’année d’avant) – pas mal comme délire freak, ça non ?

Réponse
mary

le micro onde??? tu m’étonnes qu’il pète un cable parce qu’il y a trop de baggages….

Réponse
Poulette Dodue

Alors je suis une routière avec un chouille (trés léger!!) de flipée !!
Dis donc t’es une sociologue toi hein dis !! J’A-DORE !!
@Alorom : je HAIS le sable dans les nib (ou pire la raie!) si y a que ça j’te le refille !!!

Réponse
Bismarck

Routière à tendance flippée, cette année: première en camping avec un bébé…
Bonnet C? Comment dire? Là, je ne suis même pas sûre d’emporter un maillot de bain, vu que les bonnets E sont trop petits, et que celui de maternité baille (Dieu merci); et nous partons dans moins d’une semaine, si tout va bien!

Réponse

Laisser un commentaire