Le sport, une arme pour la vie?

Ce matin-là, je rentrais de congés. Elle occupait depuis quelques jours la place restée vide à peine trois semaines d’un collègue viré sans ménagements pour manque de résultats.

 

Elle se leva, me sourit, et se présenta en me serrant la main. Une poignée de main franche et directe, presque masculine, et un regard droit dans les yeux. A ma question muette, elle répondit qu’elle venait d’être engagée, et me précisa la nature de son travail à mes côtés désormais.

 

Elle avait obtenu de travailler à temps partiel, ce qui m’avait été refusé un an auparavant, et définitivement.  Elle se fit immédiatement adopter parmi les collègues (surtout masculins), par son approche franche, directe, sans timidité et sans chichis, et son sens de la répartie.

 

Mince et féminine, mais le style discret et classieux de celle qui arrive à ses fins sans extravagance.

 

Le genre de fille que tu pourrais détester de suite, si elle n’était pas aussi adorable.

 

Quelques jours plus tard, je l’entendis parler au téléphone. Exiger, calmement, mais fermement. D’un ton qui ne laissait aucune place à la négociation, mais toujours avec cette gentillesse, ce sourire dans la voix. Elle obtint évidemment gain de cause face à son interlocuteur.

 

J’eus l’occasion de la raccompagner au parking, et n’y tenant plus, je lui dis :

 

 Ah, si j’avais le quart de ton assurance dans la vie, je pourrais m’imposer quand il le faut ! 

 

Elle plongea son regard dans le mien, étonnée :

 

Mais, Mentalo, tu as trois enfants, c’est que tu es capable de t’imposer !

 

Je ris. Sur les moins d’un mètre cinquante, mes gros yeux suffisent, pensai-je. Je précisai donc que je pensais plutôt à mes relations avec les adultes, privées ou professionnelles.

 

Elle me dit, sur le ton de la confidence :

 

C’est peut-être que, petite,  tu n’as pas fait les mêmes sports que moi. Des sports d’équipe.

 

Je souris. Je n’allais certainement pas lui avouer qu’à part courir dans les bois, le sport, petite…

Ne niant pas cette possibilité, mais me demandant tout de même si elle ne confondait pas causes et conséquences. En clair : qu’on choisit des sports d’équipe, des sports où il faut s’imposer, justement parce qu’à la base, intrinsèquement, on le peut. L’assurance dans sa vie d’adulte tiendrait donc au sport pratiqué, enfant ? C’est peut-être cette façon de penser qui fait que ma nouvelle collègue est si naturelle dans ses rapports aux autres. Parce qu’elle a arrêté de se poser la question.

 

Mais je ne démords pas complètement  de l’idée que la confiance en toi, tu l’as ou tu l’as pas, suivant qu’on l’a mis au-dedans de toi ou pas dans ton enfance.

 

Et que t’auras beau faire un stage au XV de France, j’ai des doutes que tu puisses rattraper.

 

Mais je ne lui dis pas. Parfois, il vaut mieux se taire.

 

 

 

Les commentaires

Léonie Canot

Je ne suis pas du tout d’accord avec cette théorie. les sports d’équipe, c’est formidable, mais justement, on ne s’y impose pas du tout, il faut au contraire apprendre parfois (souvent) à s’effacer parce que l’autre est en meilleure position que toi pour marquer par exemple !
Sa théorie ne tient pas la route une seule minute.

Réponse
Miss Cz

je suis d’accord avec toi : tu as confiance en toi ou pas
bizarrement j’arrive à m’imposer davantage dans le monde professionnel…

Réponse
Poulette Dodue

Je pencherai plutôt de l’avis de Miss Bombasse 2010 (aka La Canote !) …
Mais si c’est ce qui confère son aplomb à ta collègue, c’st bon pour elle !
Pis elle a raison 3 chiards t’es wonder woman !

Réponse
Lucky Sophie

Je suis bien d’accord avec toi, la confiance en soi ça vient de l’enfance, après tu colles des patchs et même si ça marche sur les nains, c’est une autre histoire au bureau !

Réponse
Zette

AH oui, tu l’as ou tu l’as pas, je pense que tu peux la développer ou alors la refluer suivant ce que tu fais et qui tu es, mais pas la faire naître.

Réponse
Béatrice

Tu m’étonnes que j’ai pas d’assurance, vu les sports que je ne pratiquais pas enfant !!!!! (danse rythmique, 1 an, pour s’imposer, y’a mieux je pense !).
J’arrive à (un peu) mieux m’imposer depuis que je me dis que c’est pas grave si mon interlocuteur ne « m’aime pas » après 😉

Réponse
Me, Myself and I

J’ai un peu de mal à voir le rapprochement entre sports d’équipe et confiance en soi…
J’ai pratiqué la danse, la GRS, la gymnastique, la natation, et pas en équipe tout ça, et pourtant question confiance en soi… je pense ne pas trop mal m’en sortir. Récemment encore c’était la boxe et la musculation, et ça non plus c’est pas trop un sport d’équipe.

Je pense en revanche que le sport peut t’aider à t’affirmer en te poussant à te dépasser et en t’apportant maîtrise de ton corps et rapidité de réflexion. Et que c’est un exutoire précieux des tensions qu’il vaut mieux éviter quand tu es face à l’autre dans une négociation.

Après c’est clair que le caractère au départ et l’éducation sont un facteur initial, mais surtout les épreuves de la vie et les rencontres que tu fais sont essentielles aussi !

Réponse
bbflo

eh bien moi je serais assez d’accord avec elle… j’ai d’ailleurs mis mes gosses au sport très petits pour pas qu’ils soient aussi timides que moi, pour pas qu’ils aient peur de s’exprimer face aux autres, pour qu’ils sachent trouver une place dans un groupe, qu’ils fassent des compétitions, des spectacles, bref, des trucs où il faut affronter le monde etc… alors hasard ou suite logique, toujours est-il qu’il sont plutôt à l’aise (ce qui n’était absolument pas le cas pour Fils Cadet lorsqu’il était petit, et jusqu’à au moins 11-12 ans).
Me concernant, je n’ai JAMAIS fait le moindre sport étant gamine… et on ne peut pas dire que savoir m’imposer fasse partie de mes aptitudes !
Ceci dit c’est sûr qu’il y a une partie d’inné (mais je suis plus convaincue par l’acquis que l’inné, d’une manière générale)

Réponse
LMO

Oui, la confiance en soi vient de l’enfance, mais on peut apprendre à la retrouver adulte même si on est à zéro.
J’ai vraiment eu une enfance pourrie et je suis arrivée à l’âge adulte avec tous mes gros bagages et la certitude d’être une sous-merde, du coup, je me suis dit que je n’avais rien à perdre, et j’ai foncé.
Je ne dis pas qu’aujourd’hui je déborde de confiance en moi, loin de là. J’envie beaucoup le personnes comme ta collègue, mais j’ai quand même acquis en « prestance ».
La confiance s’apprend. Sport de combat, psychothérapie, réussite personnelle, rencontre qui fait du bien, résilience… Chacun peut trouver la clé.

Enfin, c’est sûr qu’avoir eu une enfance où on nous a encouragé, épaulé, soutenu, accompagné, c’est quand même le mieux. Et une personne qui n’a pas eu ça, avec toute la bonne volonté du monde, n’arrivera jamais (du moins je pense) à ce degrès de confiance là, venu de très loin, de l’amour des parents.

Très beau billet en tous cas! Qui permet de réfléchir un peu, c’est chouette! 🙂

Réponse
Léonie Canot

@Bbflo : énormément de vertu pour les sports collectifs, les 2 miens en pratiquent… mais je pense qu’au contraire ça leur a appris à composer en groupe et à fermer leur grande bouche (respect de l’arbitre, etc…). Résultat des courses : oui, ils sont très sûrs d’eux et le sport y a certainement contribué, mais ils ne sont pas sûrs d’eux « parce qu’ils ont pratiqué un sport co ».

Réponse
Sekhmet

La confiance en soi ou tout le moins l’impression d’avoir confiance en soi… ça se gagne. Que cela soit par le fait de pratiquer un sport d’équipe et de devoir s’imposer dans une masse ou de devoir prendre la parole devant un auditoir plein de 500 personnes. Je l’ai vécu… et on prend confiance…

Réponse
Bismarck

Ah, crotte, alors il aurait fallu que je fasse des sports co pour arriver à m’imposer?
Moi, ce qui m’étonne, c’est le fait que ta collègue tienne pour acquise la pratique d’un sport dans l’enfance.

Réponse
Mimilady

J’ai pas dû faire assez de sport d’équipe! et j’ai toujours et encore horreur de ça! Pourtant paradoxalement j’adore travailler en équipe!
Je voudrais bien que mes Minis aient confiance en eux! Mais comment mettre ça à l’intérieur d’eux?

Réponse
annick

je vois pas trop le rapport entre sport d’équipe et assurance. comme tu dis, la confiance en soi on l’a ou pas et on peut travailler dessus mais bon, perso, quand je faisais du volley ça n’a rien changé à mon assurance.

Réponse
Mary

Le sport d’équipe c’est quitte ou double, où tu t’imposes ou tu te fais exploser. T’imagines si les 11 joueurs s’imposait tous en même temps????
Par contre je pense aussi que c’est une question d’éducation mais dans le cadre familial global…

Réponse
sabine

Carrément d’acc avec toi sur « l’idée que la confiance en toi, tu l’as ou tu l’as pas, suivant qu’on l’a mis au-dedans de toi ou pas dans ton enfance. ». mais je pense aussi que il faut des fois se faire violence… pas facile

Réponse
cranemou

J’ai fait de la gym pendant 15ans… hum…. c’est pas top dans le genre sport d’equipe!
Je n’ai aucune assurance, j’ai confiance en moi pour certaines choses, mais la plupart du temps, je serai plutot en retrait. Et quand j’essaie de prendre confiance en moi pour une raison X ou Y, j’ai l’impression de rentrer dans un costume et de jouer un pièce… sauf que je suis pas une uper comédienne, et que mon assurance camouflée ressemble à de l’arrogance, qui, je crois, ne reflète aps du tout mon veritable caractere…

Pour juste parler du sport, en gym, tu passes seule, devant 4 juges, des filles meilleures que toi et une foule en délire (bon, fais genre c’est vrai, pour la foule en délire), et je peux t’assurer que t’as interet à avoir confiance en toi pou pas te laisser destabiliser pendant ton saut au risque de perdre ta virginité sur une poutre (oui, maintenant, tu sais tout!). A ce moment precis, j’avais confiance en moi, j’etais pleine d’assurance, mais en desce,dant de l’agres ou meme parfois en montant sur un podium (ouias je me la raconte), bah j’avais envie de m’enfouir dans le sol… donc, je sais pas pour les sport co, mais moi, le sport m’a appris beaucoup mais pas à rester sure de moi assez longtemeps en tout cas!

Réponse
Valérie

T’imagines si c’était vrai la culpabilité pour les parents qui ont inscrit leurs enfants à un sport individuel, ou a pas de sport du tout?
Ca peut peut-être jouer… Comme toute expérience, finalement, modulée par la personnalité de chacun.
Ceci dit, moi aussi, ta collègue, elle m’énerve.
Et pourtant, certains croiront, vu de l’extérieur, que je suis très sure de moi aussi…

Réponse
Cotcot

Je suis bien d’accord avec toi ! Mais comment faire pour donner à ma fille l’assurance dont est pourvue ta collègue ? N’ayant aucune confiance en moi, j’ai peur de lui transmettre ce qui se révèle souvent être un vrai handicap…

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Je ne sais pas, Cotcot (et bienvenue). Je sais juste que ma fille à 5 ans pouvait prendre un micro pour lire un texte et poser des questions à une salle pleine. Que moi, sa mère, je rentrais entre les joints du carrelage rien que de la voir. Elle ne fait pas de sport co…

Réponse
Nanette

Je réussis à m’imposer quand je me fous totalement de mon interlocuteur. C’est le cas avec les clients au bureau, avec cette conne de secrétaire de mairie, mon boss depuis peu… mais pas avec mes parents, ma famille.

Je ne pense pas que le sport soit pour quelque chose dans la confiance en soi. J’ai pratiqué des tas de danses, je me déhanche super bien 😉 et pourtant je suis pas très à l’aise dans mon corps.
Et on m’a conseillé d’inscrire le Haricot en sport co, pour qu’il apprenne à « s’effacer » et à se comporter autrement qu’en enfant unique. Le hic, c’est qu’il ne s’épanouit qu’à l’athlétisme où il se confronte aux autres.

Ah et des fois aussi, je fais semblant d’être grave sure de moi alors que je me pisse dessus en vrai !

Réponse
alorom

Putain je vais rater mon cours de volley!!:D
Alors..
Au boulot je suis béton: pas ou peu d’affect, rien à foutre de plaire ou de déplaire ( enfin si je passe bien c’est mieux!!), capable de parler devant plein de monde genre ch’uis trop à l’aise!!
IRL?? Je suis un FLAN!!!Une confiance en moi si limitée ( et oui si ma mère m’avait moins dit que je n’étais qu’une pauvre folle, je n’en serais pas là, évident!!) que j’en fais des caisses pour que l’on m’apprécie, ce qui bien sûr et c’est bien normal ne marche pas à tout les coups!!
Une solution???
Peut être…Grandir.

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

A tous:

je réponds pas sur le fond (mais à part quelques clins d’oeils ou mises au point ici ou là) parce que je n’ai pas la réponse. Je pense que le débat est formidable et c’est super chouette d’avoir votre expérience, votre vécu à tous.

Au sein d’une même fratrie il y a des différences notoires d’estime de soi, pour moi intimement liée à l’assurance en public.

Je n’ai pas de remède miracle. Si seulement 😉
Je pense que la fille disait cela avec un tel naturel, une telle évidence, qu’elle attribuait son assurance au sport, mais qu’elle ne s’était jamais posé la question. En effet, ce n’est pas le genre de question qu’on se pose quand clairement on n’en a pas besoin. Donc quelque part il y a certainement autre chose que le sport co…

Réponse
asdetrefle

Rhaa, vaste sujet… Moi je dois parler devant plein de monde bientôt, et j’ai la trouille! Entre autres je flippe que les organisateurs se disent qu’ils n’ont pas choisi la bonne personne.
En même temps je sais qu’une fois que j’aurais bossé, que je maitriserai le sujet, je me sentirai à ma place et j’aurai confiance en moi. Et je savourerai la chance qui m’est offerte.
J’espère….

Réponse
bergie

question de caractère quand meme !! c est vrai que t’a collègue ne s’est jamais posé la question de savoir si hormis le sport ses parents l’a valorisait ou non ?
vaste sujet : innée acquis, un mélange des deux.
n’empêche quand tu penses que bcp de choses se jouent dans l’enfance, quelle pression pour nous parents !!
pas fait de sport du tout petite (à mon grand regret) et pas confiance en moi…cela dit je trouve que je m’en sors pas mal (oui j’aime m autoflatter!)

Réponse
Ausecoursmonfilsmapprendlavie

Je m’insurge. La confiance en soi, on l’a ou on l’a pas suivant l’enfance qu’on a eue, OK. Mais ça se récupère, ça se travaille. L’âge, déjà, améliore bien les choses, non ? Je me souviens quand c’était un challenge d’aller demander l’addition au comptoir. J’ai drôlement progressé depuis (la fréquentation des comptoirs aide).
Avoir des enfants aussi, ça aide, je trouve. Et puis, le divan c’est pas pour les chiens, même si sans doute on ne sera jamais aussi sûr de soi qu’on le voudrait ;o)

Réponse
Relou «

[…] que moins de deux heures plus tard, t’as la collègue-qui-si-elle-était-pas-collègue-serait-presque-une-copine qui vient gentiment aux infos. Et t’as l’autre collègue qui est pas méchante mais que bon […]

Réponse

Laisser un commentaire