Moo joue au docteur

C’était le 11 septembre. 

2002. Ouf. (Tu croyais pas que j’allais larmoyer un coup sur Ground Zero, encore?). Jour funeste quand-même.

Ce soir là, je travaillais tard, comme tous les mercredis. A vingt heures, comme chaque soir, les systèmes informatiques s’éteignirent et je fis encore un peu de rangement avant de m’élancer sportivement dans l’escalier en marbre clair de mon entreprise. J’avais rencard.

Le sport est très mauvais pour la santé, sache-le. Surtout dans les escaliers en marbre fraîchement lavés par la femme de ménage. Trois marches plus tard, je fis un triple axel piqué avec retournement intégral.

Aïe. Bobo. Enorme bobo dans la partie arrière de mon anatomie.

Ouais, le cul, quoi.

Je ne pus me relever. Je comptai les marches en dessous de moi, et au dessus de moi, pour évaluer le chemin le plus court jusqu’à l’ascenseur. Je décidai de remonter. A quatre pattes. Arrivée au palier, je m’agrippai à la rampe pour me relever, et récupérer un peu de ma dignité.

Je rejoins ma voiture en clopinant péniblement. Je proférai à voie basse mes pires jurons (y a des caméras de surveillance quand même) et m’assis. Aïe.

Je m’en fus donc boire un coup avec une copine. Qui me trouva blême. Je lui contai ma mésaventure. Elle s’étrangla de rire.

Je souffre le martyre, et toi tu ris ! Ah c’est beau l’amitié, vraiment !

 

Quand elle eut fini de rire, elle me déposa aux urgences de l’hôpital local (à l’étranger, je précise pour la suite, que personne ne flippe que ça se passe comme ça dans un pays civilisé comme la France, ahem). C’est là que débuta la seconde infamie de la soirée.

-Déshabillez-vous, me fit le dragon préposé au flashage de mon postérieur. Ensuite, vous attendrez dehors, là, de l’autre côté, avec les autres patients.

-Oui, mais, euh…

 

C’est ainsi que non seulement je montrai mon postérieur orné d’un string noir en dentelle à tout l’équipe médicale, mais ensuite aux autres patients, venus bêtement qui pour un doigt retourné, qui pour un poignet foulé. Tentant vainement de camoufler une demi-fesse avec un dossier médical un peu mince.

Le verdict annonça un coccyx cassé, et un amour-propre piétiné.

Moralité : moins de sport, et une CULOTTE toujours dans le sac à main, des fois que tu finis aux urgences quand c’est pas planifié à ton agenda sous-vêtements.

Tu peux arrêter de rire, un peu ?

C’était ma participation au concours de ma filleule Moo (que c’est une chic fille), relayé de partout par un tas de gens très bien.

Moo joue au docteur

Les commentaires

Mimilady

Oh la vache punaise! T’as dû douiller! Si y a bien un truc qui ne m’a jamais fait rire, c’est de voir quelqu’un se planter et se faire mal… video gag, pas pour moi! Par contre te balader en string devant les autres patients… Mouaaahhhh!!!!

Réponse
Zette

Tu m’avais annoncé les Kleenex, je m’en suis pas servie pour essuyer mes larmes.
(j’avais prévu le coup, suis partie te lire dans les cagoinces)

Réponse
Moo

Oh non… pauvre toi !!! Je n’ai jamais compris pourquoi il faut se déshabiller AVANT d’attendre qu’ils s’occupent de nous. La dernière fois que j’ai fait une radio du dos j’ai du me mettre torse nu, attendre, faire l’examen…et là, naïvement, au moment où j’allais me rhabiller la méchante dame m’a forcée à rester seins à l’air jusqu’à ce que le radiologue ait fini d’analyser ma radio. Donc en gros j’étais dans une mini salle d’attente à moitié à poil, en attendant un stupide homme qui m’a juste dit que tout était ok. Honte !
ps : merci d’avoir participé ! 🙂

Réponse
Lucky Sophie

J’adore ton souvenir qui m’a bien fait rire…. même si je compatis et ça a dû faire trop mal, trop honte !
Et t’as pas une histoire drôle avec ta culotte dans le sac ?…genre tu la sors au moment de payer à la caisse du supermarché ?

Réponse
Poulette Dodue

Houla tout l’hosto a vu ta lune donc !!
Ben si ça peut te rassurer (ou pas ) pis ça fera double « participation » au blogs des coupines (le charter Sahel et souvenir d’hosto) :
Vers 15 piges j’me suis pécho un spot on the pubis (NOOOON pas suite au sesque !! J’avais pas encore tu vois !) zou service dermato de l’hosto …Oui mais le docs a trouvé mon pustule très « interessant » (véridique !!) et il a appellé TOUTE sa cohorte d’étudiant pour étudier et commenté la chose !!
La tehonte !!
Tu relativise la ??!

Réponse
thenewme

Salut, je suis toujours là, je te lis mais je n’ai rien à dire d’intelligent, alors je me tais. Mais si je me tais, on a l’impression que je me suis noyée sous un tas de feuilles alors que pas du tout.

Réponse
Mary

aie pour le coccyx… et morte de rire pour la culotte. C’est pour ça que je ne dors jamais toute nue. Au cas où les pompiers débarqueraient en pleine nuit (outre mon pompier attitré hein)

Réponse
Fanny Cloé

bon d’un côté, j’ai très mal au c** pour toi, glps, mais en même temps je suis pliée, je n’y peux rien, mais c’est quoi cette manie de faire attendre les gens à poil?????

Réponse
Le syndrome Dagobert «

[…] me dis que je ne pouvais pas laisser ça comme ça, évidemment. Des fois que je devrais retourner à l’hôpital faire flasher mon fessier, ce serait le double effet Kiss Cool […]

Réponse
L’entorse «

[…] retrouvée dans la salle d’attente de radiologie en string, mais je vais éviter de linker ce grand moment, ah merde, je l’ai […]

Réponse

Laisser un commentaire