Censurée!

Les copains,

Je suis présentement en train d’accoucher du lobe droit de mon cerveau par le globe oculaire gauche (= j’ai une migraine carabinée, aïe, bobo, monde cruel) et je viens de m’ébouillanter la langue avec un chocolat (trop) chaud. Dans ces conditions misérables, foin de digression du jour, je te ressers une digression de fin septembre. Mais attention, pas de la digression de base, hein, de la digression censurée. Parfaitement.

C’est à dire que lorsqu’avec toutes les copines (et les copains, hou!)  j’ai participé à ce formidable et adorable foutoir qu’est L’extraordinaire Abécédaire d’Affaires de Mômes, je fus un poil trop bavarde pour faire rentrer mes parenthèses à courant d’air dans le format prévu. Je dus m’auto censurer (et ça fait mal). Donc en exclusivité, voici tout ce que tu n’aurais jamais dû lire si je n’avais pas un disque dur aussi bien rangé que, euh, disons, mon sac à main.

Je rappelle que tu peux encore aller lire les productions hilarantes de mes condisciples et nous faire un tas de courbettes ensuite (la bannière colorée sur la droite est là pour ça).

.

.

L comme…. lave-linge

.

Aujourd’hui, on m’a demandé de vous parler de la meilleure amie de la femme (oui, de l’homme aussi, pourvu que Môman ait mis un peu de cœur dans son éducation faite d’amour, de gâteaux au chocolat, de bœuf bourguignon (que jamais en rêve t’arriveras à faire le même, donc te fatigue pas à essayer et fais plutôt des cupcakes, c’est in – enfin, sûrement jusqu’à l’année dernière) et de valeurs morales modernes), qu’elle soit nullipare (ça veut pas dire nulle en cuisine, hein) ou multipare.

 .

Mais enfin si tu lis ce papier, c’est que tu as quelques chances d’avoir (eu) l’idée saugrenue de vouloir te reproduire – et tu comprendras d’autant mieux ce que je cherche à te dire.

 ..

Un petit aparté, si tu es un homme : le meilleur moyen de séduire une femme, c’est de faire ami-ami avec ses copines. Aussi avec sa meilleure amie. Tu me suis, là ? Alors on peut y aller.

 .

La meilleure amie de la femme n’est pas la langue de pute toujours dispo à longueur de journées pour le moindre bavassage sur ses congénères, contrairement aux apparences. C’est pas non plus ni sa lime à ongle, ni sa gaine anti-bourrelet, ni sa môman à elle.

 .

La meilleure amie de la femme, la plus jolie invention de la modernité, c’est la machine à laver. Parfaitement. Y a même des sociologues très bien (que si j’étais pas si flemmarde je te retrouverais qui) qui ont décrété que l’invention de la machine à laver a libéré la femme au moins autant que la pilule et lui a permis d’aller travailler au lieu de passer les trois quarts de ses journées au dessus d’un chaudron d’eau bouillante à se cramer la couperose.

 .

Mais comment choisir cet objet indispensable, dont tu rêves joue et nuit, que tu demandes à la routarde multipare que je suis ?

 .

-Tu choisis un modèle de course. Une marque fiable. Voire teutonne.  Certes, c’est un peu plus cher, mais t’as pas envie de te disputer avec ta nouvelle meilleure amie dans moins de six mois, si ?

-Tu fais super attention à trois choses essentielles : la qualité de lavage, la vitesse d’essorage (plus c’est élevé, mieux c’est), et la consommation en eau/électricité. (Classe A recommandée, tout comme pour le lavage). Sinon ? Ben sinon, tu achètes du savon de Marseille et une planche à frotter et tu renonces à toute manucure avant la majorité de ta progéniture. Et puis tu attends, comme Sœur Anne, le séchage des bodies souillés, et tu ne vois rien venir avant que Babychou ne te refasse une attaque atomique avec dommages collatéraux intégraux.

 .

-Ta nouvelle meilleure amie te fera gagner un temps fou en outre si elle est programmable. Si tu calcules bien, homme chéri, elle peut avoir fini juste au moment de la mi-temps du match de Champion’s League. C’est-y pas trop d’la balle ça ? Sinon, tu la programmes la nuit, c’est plus économique.

 .

Puis une machine à laver, c’est rigolo. Ca fait marrer toute la famille. Tu peux même économiser la télé : mes mômes, ils adorent regarder leur doudou qui leur lance des regards suppliants avant de se noyer sous la mousse. Ca leur apprend à gérer leurs frustrations, si, si. Tu peux leur apprendre les couleurs en triant le linge, ou en leur faisant deviner ce qui a bien pu faire déteindre toute une machine de blanc : punaise, qui porte des chaussettes rouges dans cette maison, hein ??? Et qui les cache dans ses poches, hein ???

 .

Ah, à propos de poches. Une saine occupation pour les mômes : faire les poches de jeans de leurs parents avant le passage en machine ! Au pire ils y trouvent de la monnaie pour leur tirelire, au mieux un papier compromettant, et toi tu peux dire : ah mais moi, j’y suis pour rien, je fouille pas !

 .

Bon, sérieux deux minutes.

 .

Je vais pas t’apprendre que tu peux choisir ta future meilleure amie chez les copains Darty ou Boulanger. Par contre, parce que t’as été mignon de me lire jusqu’ici, je te file mon super bon plan de super maman : la centrale d’achats sur internet Ubaldi.

Les commentaires

sabine

En même temps ça me rassure, je croyais avoir fait trop court pas besoin de censure pour moi 🙂
et merci pour le bon plan!!

Réponse
Béatrice

Je vénère mon lave linge qui tourne 1 voire 2 fois par jour, depuis des années, sans me lâcher (pourvu que ça dure !!!! Merci pour le bon plan 😉 )

Réponse
fannycloe

oh tu t’es bien débrouillée dis-donc pour tout couper! moi qui avait lu l’article publier, j’ai de la peine à voir où tu as coupé (sauf pour l’avant dernier paragraphe) Merci de nous l’avoir publié dans sa version intégrale! il est vraiment super!!

Réponse
Zette

La punition ultime, quand on était mômes, avec mes soeurs, c’est d’aller faire la lessive au lavoir.
Un pain de savon, une brosse et eau à 8 degré été comme hiver, comme les punitions d’ailleurs (pas de saison pour les conneries).
Et l’essorage, la belle affaire.
Fallait tortiller le truc, une tenait un bout, l’autre l’autre bout et chacune tournait dans le sens inverse.
C’était génial, le truc une fois sec, tu passait des heures à le repasser.

Tout ça pour dire que je préfère la VO.

Réponse
Nanette

Moi je rêve que mon lave-linge rende l’âme (après Noël de préférence) pour acheter une machine programmable ET lavante séchante !

Je note Ubaldi quand le temps sera venu !

Réponse
eddie

ah ben c’est peut être ma meilleure amie (avec martin le lave linge), mais pas celle de futur-ex-chéwi, hein !
Par contre, georges, le lave vaisselle je l’aime bien aussi…

Réponse

Laisser un commentaire