Les fourberies de sapin

Je n’ai hélas pas épousé un bûcheron. Il n’est pas très amateur de chemises à carreaux, même estampillées Burberry. Il a d’autres qualités, je te rassure.

.

Mais quand même, une fois par an, ce serait bien pratique. Parce que l’autre samedi, le coffre plein du remplissage hebdomadaire du frigo pour une famille nombreuse d’affamés chroniques, j’avisai une pancarte « vente de sapins », et l’information parvint jusqu’à mon cerveau en ces mots *corvée sapin*faire plaisir aux gosses*après y aura plus que les éclopés de la sapinière*hiiiiiiiiik frein à main, dérapage sur verglas contrôlé, positionnement de la mentalomobile pile poil comme il faut pour enfournage de sapin dedans.

.

Là commencèrent les histoires. Traditionnellement, c’est Elle qui choisit le sapin chaque année. Il y en avait environ six cent cinquante-douze sur le parking. Qu’elle considéra tous l’un après l’autre et sans exception comme candidat potentiel à trôner enguirlandé et les boules pendantes (ami Googleur, bonjour!) dans notre chez-nous.

.

Pour passer le temps je ruminai ce que m’avait raconté Numérobis la veille. Que je t’explique : il faut dix ans pour faire un beau sapin, bien dodu, de taille réglementaire entre 1.60 m et 1.80 m. .

Un jour, un type a planté plein de sapins. Dix ans plus tard, il les coupe, et les vend. Cher. Disons, 10€ le sapin. Son voisin trouve que ma foi, le business est rentable. Il plante lui aussi des sapins. .

Comme ils sont deux à en vendre, les prix baissent un peu, disons 8€. Mais pas assez pour que le voisin du voisin ne se dise pas que lui aussi, il regarderait bien pousser les sapins. Ils sont donc trois à planter des sapins, et au bout de vingt-et-un ans, les sapins sont à 6€.

Comme plus personne ne veut planter des sapins pour les vendre à 6€, dix ans plus tard, il y a moins de sapins. Donc ils sont plus chers. Donc le voisin en replante. Et aussi le voisin du voisin. Le sapin suit donc une courbe parfaitement régulière balancée entre l’offre et la demande, et ce depuis que le Grand Capital a décidé qu’à famille heureuse, galère sapineuse.

:

Je sifflotai et fis mon plus beau sourire au vendeur, l’air de lui dire « que voulez-vous, c’est une fille, eh. » Elle les aime touffus. Moi aussi (les sapins, je précise, je t’entends venir avec tes Moon Boots !). Elle les aime grands. Moi aussi (idem). Ces deux paramètres enfin  réunis, je me délestais d’une somme exorbitante pour un bout de verdure dans mon salon. Le bonheur de ses enfants n’a pas de prix, paraît-il. Mais déjà que nous leur refusons depuis des années des illuminations d’un goût douteux immonde à gerber sur la façade et autre Père Noël tentant l’ascension de la cheminée par la face nord…

.

Le sapin est décidément fourbe. Je décidai d’exterminer tous mes voisins. Bon, à la réflexion, de planter des sapins tout partout dans les jardins de mes voisins.

.

Le vendeur empocha son pactole et passa l’heureux élu qui désormais allait se chauffer les épines  chez nous au lieu de continuer à se les cailler sous la neige dans un entonnoir afin de l’enfiler dans une chaussette me rappelant légèrement quelque chose.

.

Il eut ensuite un rire sardonique quand j’ouvris mon coffre et lui dis de le poser là, dedans. Eh, eh, je connais ma bagnole comme si on avait fait 220.000 km ensemble, qu’est-ce qu’il croyait, lui, et bien sûr que la chose piquante trouva sa place. Je mis juste ma fille sur le toit, on n’avait qu’une dizaine de kilomètres à faire, après tout.

.

Que j'aime ta blanchureuh.

.

Les petits me firent la danse de la pluie quand je sortis mon beau sapin, roi des forêts, de la voiture, (publicité mensongère, si, un Nordmann perd ses épines, particulièrement dans ma voiture, le fourbe again) mais comme il neigeait déjà, je les laissai faire. Là, l’Homme s’en mêla, il nous fallait un pied, un socle, un truc, quoi. Oui, comme chaque année. Et comme chaque année, je dis boarf, on prendra un seau de sable, comme l’an dernier,et ça ira très bien. Tiens, non, cette année, l’Homme voyait les choses en grand. Un peu comme le sapin, en fait, qui, vu à l’intérieur, semblait soudain trèèèès grand et trèèèès touffu.

.

Une demi heure de *scie*cloue*lime*assemble*visse* plus tard, j’étais en possession d’un pied de sapin artisanal pas cher pas cher, et d’un sapin parfaitement de niveau dans son support nickel que personne il a le même, touchant de la pointe le plafond (quand même).

.

Je sortis la boîte de boules argentées et celle de nœuds nœuds roses, et décidai d’avoir une chute de tension pour m’éviter la corvée laissai le plaisir de la décoration aux deux grands pour n’émerger que le lendemain, sapin fini, sapin joli.

.

Depuis, c’est « oaaaaah, bôôôôôôô ! » à tous les étages, et ça me remplit de joie. Me suis encore fait avoir par le Grand Capital et son fourbe sapin.

.

.

Les commentaires

Ali

C’est l’histoire d’achat de sapin la plus drôle que j’ai jamais lu.
Mais du coup, tu l’as payé combien ton sapin ?
Ton homme n’est peut-être pas bucheron, mais c’est Bob le bricoleur… c’est bien aussi.

Réponse
bbflo

chez nous l’a diminué de moitié, le sapin, cette année. Mais d’habitude il touche le plafond. Le truc énervant, c’est qu’après les fêtes, on le balance par le balcon dans le jardin, et qu’il y reste souvent jusqu’en… mars… voire avril… comme les épines entre les lames du parquet… joyeux noël !

Réponse
Béatrice

Chez nous, le sapin est acheté au profit d’une bonne oeuvre (l’école ….) dans un village voisin (celui de ma collègue de CP/CE1). On ne peut pas vraiment le choisir puisqu’il est déjà dans sa chaussette (on choisit la taille) … mais il est toujours très beau ! Et puis on a investi dans un vrai pied, après des années de seau de sable 😉
Joyeux Noël !!

Réponse
Moo

Il est graaaaand ton sapin 😉

Quand on est allé acheter le mien, une autre cliente qui attendait derrière nous commence à parler toute seule « C’est vraiment des Norman ça ? Vous avez vu le prix ? »
Mon père la regarde avec un air compatissant genre « ah-ma-brave-dame où-va-le-monde », et elle de répondre « Non mais c’est pas assez cher, je vais en acheter où ils auront un vrai prix de Norman ».

Ah, ok !

Réponse
Mary

Le mien il penche carément du côté où il va tomber. Mon fils y a mis trois boules puis m’a sortie en s’essuyantr le front « Pfou moi j’ai travaillé dur, j’arrête » (me demande pas de qui il a sorti cette expression je cherche encore). Et quand son père et moi avons fini la corvée on a eu le droit à « pourquoi on a mis un sapin dans la maison? » « pourquoi on a mis des boules sur le sapin? » « elles sont où les guirlandes? » (non pas de guirlande chez moi) et pourquoi? pourquoi? pourquoi?
L’an prochain il va se brosser

Réponse
Zette

(je suis coite, sans voix, sans ressources depuis que j’ai lu le titre, celui-là, vends-le)

Ptain dans le Sud, ils filent le pied tout fait, un genre de croix fait en palette de transports avec une énorme pointe au milieu qui se bouge comme tu veux en plus.

Alors bien sûr, en fait, elle est tellement légère et courte, qu’une fois que tu as empalé le sapin dedans, il tombe en avant ou en arrière, et là, tu comprends que la croix qu’on t’a donné, en fait, c’est à titre d’exemple pour celle que ut vas faire toi-même à la maison, en délattant 2 lames du parquet en chêne chez mamie.

Réponse
Bismarck

Le sapin est arrivé tout seul pendant que je n’étais pas là. Il est trop haut pour la maison et doit courber la tête, le pauvre. Mais l’Homme et les enfants ont trouvé et disposé les guirlandes, boules et autres bonshommes de neige tous seuls.
Il ne me restera que la corvée d’aiguilles…

Réponse
Léonie Canot

Nous le sapin, on l’achète en bas de la maison. J’adore ça et j’essaie de ne pas penser à la galère que c’est de le descendre en janvier, quand les branches percent le « sac à sapin » et que tu fous des épines partout dans la cage d’escalier (OUI le Normann perd ses épines).

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Tu le balances par la fenêtre (avec quelqu’un qui fait le guet en bas, on est bien élevé, quand même). Je faisais ça du 4ème quand j’étais en appartement. Du coup, le sapin est tout nu à l’arrivée, et tu t’embêtes plus du tout avec les épines! 😉

Réponse
nicolas sirkis

« Je mis juste ma fille sur le toit, on n’avait qu’une dizaine de kilomètres à faire, après tout. » mouhahhahhaha, j’imagine la scène!! (Bien sûr que c’est vrai !! ) 🙂

Réponse
eddie

j’ai honte, mais y’a bien 15 ans, j’ai acheté environ 100 francs (ben oui, chuis vieille !) un sapin en plastique, hé ben il reprend du service presque chaque année, vaillamment, il a son socle, il ne pers (presque) pas ses (fausses) épines… le rêve… son seul défaut, c’est qu’il sent le renfermé et pas le sapin ;-pp

Réponse
Lola

10 € le nordman dans ton coin ? c’est une vraie affaire… dire qu’en région parisienne (enfin, dans mon coin) ils osent le vendre entre 40 et 80 € (j’hallucine grave)… du coup pour nous, c’est sapin IKEA, même s’il faut y aller 2 fois et ne pas rater les dates, parce que c’est vachement moins cher…

Réponse

Répondre à LMO Annuler la réponse.