La Teutonie du Grand Nord: jour 3

Le troisième jour, c’est bon, le jet-lag et moi on a fait ami-amie. J’ai bien dormi, j’ai personne pour gratter à la porte des chiottes, personne pour me poser une question ultra-méga-supra-importante-urgente (Mamaaaaaaaaan, il est où le câble de ma DS ?) alors que je me prélasse sous une douche brûlante, bref, je savoure l’exil.

 .

Je prends le temps de petit-déjeuner comme une reine. Les filles ont découvert qu’on peut même se faire des gaufres. On garde quand-même la salade de fruits frais pour faire bonne figure vitaminée. Je remonte me laver les dents. Ah merde, j’ai pas oublié un truc, moi ? J’avais pas dit que j’irais courir ? Cou-quoi ? Bon, un regard sur le parc et sa piste de huit kilomètres vus de ma chambre suffira, on va dire. C’est qu’on a encore trois kilomètres de marche dans le labyrinthe de verre à s’enfiler.

.

.

Contre toute attente, nous serons à temps. Nous retrouvons notre chemin dans le dédale de tubes, d’escaliers et de couloirs vitrés sans trop de problème, après avoir tenté sans succès un raccourci allant à l’encontre totale de la rigueur teutonne.

 .

Ach, streng verboten, Externe hierdurch reinzulassen ! Bitte Haupteingang benutzen!

 .

On a vraiment des tronches de poseuses de bombe, nous? Pas grave, nous faisons le grand tour et arrivons à temps chez les fous. Il est neuf heures, tout le monde a apporté son petit-déjeuner, et entreprend de le déguster tranquillement pendant que le prof fait un résumé de la veille, entrecoupé par les allers et venues de mes condisciples qui vont se chercher qui un café, qui un jus de fruits au bout du couloir. Tout cela leur semble normal. Quand leurs agapes touchent à leur fin, iPhones et Blackberries sont dégainés. Y a pas d’âge pour un Monopoly en ligne apparemment. Ou les gens d’ici sont fous, ou ils sont sacrément mal élevés, ou tout cela est normal. Je cherche quand même la caméra cachée. Mais regarder ce spectacle aussi ahurissant que navrant m’empêchera de m’endormir toute la journée, c’est déjà ça.

 .

En fin de journée, je rends visite à quelques collègues du cru, parqués par dizaines entières dans des open-spaces comme des poules de batterie. Jamais je pourrais bosser là. Et pourtant, il fait bien plus calme que dans mon propre bureau. Hommes et femmes sont en costard noir, je n’ose pas demander si quelqu’un est mort, quand arrive un photographe pour prendre des photos sur le vif, c’est-à-dire avec un minimum d’une demi-heure de mise en scène, pour le rapport d’activités de l’Entreprise.

 .

Je prends congé avant de figurer sur les photos (je suis en jeans et ça fait tache) et je rejoins les filles qui sont revenues aux vraies valeurs, c’est-à-dire en train de faire du shopping. Bon, la mondialisation, merci, je suis pas venue là pour voir du Zara ou du H&M, moi. En plus, y a un tas de gens louches qui trouvent apparemment mon Longchamp très à leur goût, donc c’est retour à la casa fissa et le shopping repassera.

 .

Les filles et moi nous retrouvons bien au chaud au resto de l’hôtel. Si quelqu’un a un doute sur notre patrimoine génétique, nous fournissons toutes trois des preuves indéniables de notre possession du chromosome double X :

 .

-hi hi hi  j’ai pas trop faim, je crois que je ne vais prendre qu’une entrée !

-hi hi hi moi aussi !

-hi hi hi moi aussi !

 

[…]

 

-hi hi hi bon ben je vais prendre des pâtes, finalement…

-hi hi hi moi aussi !

-hi hi hi moi aussi !

 .

Trois heures et cinquante-quatorze fous rires plus tard, mais pas de dessert, merci, juste un thé, mais quand même une petite profiterole, allez, deux, ou, soyons fous, trois, on a bien taillé des costards bien chauds pour tout l’hiver à nos 180 collègues restés à quai refait le monde au féminin et nous montons nous coucher, hi hi hi, ravies d’avoir ce soir fait plus ample connaissance, hi hi hi.

.

Les commentaires

Poulette Dodue

Ben c’est quoi cette mauvaise éducation ???!! C’est teuton ou bien ? T’as fait de belles rencontre d’X (Nanette il est ici question de chromosomes pas de films de cette catégorie !) c’est chouette .

Réponse

Laisser un commentaire