Supernana? Evidemment.

Attention, on vire blog de maman pour la journée, ici.

Ouais parce si comme les chats j’ai douze vies, dans l’une d’entre elles je suis maman. Si. Et trois fois, encore. (Je dis ça au hasard qu’il y aurait des petits nouveaux, on sait jamais, on n’est jamais à l’abri d’un miracle.)

 

Et c’est pas l’envie qui me prend comme ça, innocemment, de te raconter ma laïfe tout à fait passionnante. C’est que deux d’entre toi (je dénonce pas, tu sais bien, c’est pas dans mes habitudes, mais elles se reconnaîtront et je les embrasse bien fort) me demandaient pas plus tard que la semaine dernière comment je fais pour être partout en même temps (je résume, mais c’était l’idée). Et Eurêka (elle je dénonce, mais c’est parce que c’est plus gentil de citer ses sources) nous faisait un ras-le-bol complet du cliché de la mère parfaite, bordel, elle peut pas tout faire, merde. (Elle était un peu énervée, faut dire).

 

Alors, Eurêka d’abord, je vais te dire : la mère parfaite n’existe pas. C’est un leurre, un mythe, une grosse connerie que tu te mets devant les yeux quand toi, tu culpabilises d’en faire des montagnes et que pourtant tu as l’impression de pas être à la hauteur et de galérer grave. D’ailleurs personne ne te le reproche, tu le fais toute seule, c’est ballot, hein ?

 

Même Bree (la référence, la référence !) elle a des emmerdes, tu as vu ? Ben chez tout le monde, c’est pareil. Chez moi aussi. Sauf que j’ai le bon goût de la fermer sur le sujet. Donc tout le monde croit que chez moi, tout est parfait, y a jamais une chaussette sale qui traîne, jamais un gosse fiévreux ou rebelle, jamais un baby-sitter introuvable, jamais un mari qui menace de divorcer s’il a pas sa blanquette de veau fumante sur la table dans trois minutes (avec une assiette en dessous, c’est mieux),  jamais un marmot qui refuse de se coucher, et jamais un autre qui gerbe sur le tapis du salon. Eh eh, faut un peu arrêter les livres d’images, hein. Chez moi aussi y a des jours de mouise, hein. Comme chez tout le monde.

 

Alors comment je fais, qu’elles demandent les copines ? Eh bien j’accepte tout simplement que je ne peux pas être partout, que je n’ai pas dix-huit bras ni cinquante-douze heures dans la journée, dont près de douze sont invariablement, du lundi au vendredi, consacrées à mon travail, à l’insu de mon plein gré. Et dans un monde idéal, huit au sommeil. Donc je fais ce que je peux.

 

Comment on gère trois enfants ? Ben comme on en gère un, sauf qu’on en fait forcément moins pour chaque. Du coup, mes enfants sont forcément amenés à être très autonomes assez vite (nan, je sais pas où est ta DS / ton bonnet / tes bottes / ton doudou / ton père, cherche tout seul, je suis aux chiottes, bordel suis occupée, là), j’oublie forcément un tas de trucs, mais la plupart du temps, ils s’en remettent très bien. Et pire, des fois même, ils sont contents de me voir quand j’arrive. Comme ça après, ils peuvent filer chez les voisins (snok). Et je le leur interdis, pour une fois que je suis là (gniark).

 

Mais avant ça, avant la vie d’aujourd’hui qui a plus ou moins trouvé son équilibre, à chacun d’eux, j’ai consacré un an de ma vie. Un an où on a construit des bases solides, chacun d’eux et moi. Ce fut un bonheur, ce fut vital, pour eux comme pour moi. Après, chacun sa méthode, mais pour moi, je sais que ça a été essentiel.

 

Et sinon, au quotidien, j’ai arrêté de dormir. Nan, je déconne. Je vais à l’essentiel. Je cours, mais je ne culpabilise pas. Enfin, j’essaie. Bon ok, je culpabilise deux minutes, puis je me dis que c’est une sacrée perte de temps, alors je passe à autre chose.  Je ne passe pas des heures à me morfondre que chez les autres, l’herbe semble tellement plus verte. Parce que je sais que c’est une illusion d’optique.

 

Courage, les filles.

 

 

 

 

 

Les commentaires

Mary

Quoi c’est pas le paradis du rien de travers chez toi? je suis déçu. Moi qui t’idéalisais avec ton 36 de grossesse (oui jamais passer celui là)

Réponse
Raquel

oooooooohhhhhhhhhh que je plussoie la conclusion !!!! 😀

Je suis adepte aussi de la première année avec bébé, et de la recherche de l’imperfection 😛 parce qu’il parait que c’est mauvais pour sa construction d’avoir une mère parfaite, qu’à cela ne tienne ! 🙂

Réponse
mamanbavarde

Miracle…une nouvelle lectrice débarque et découvre ta triple progéniture…mince, la mère parfaite n’existe pas??? Moi qui ma laissais un mois pour passer le concours et gagner un an de fille au pair gratuite à la maison, option je fais la lessive et je nettoie les carreaux…tant pis, les carreaux attendront bien encore un an ou deux (que je passe ma première année tranquille avec mon ptit niaf, et pis…que je fasse plein d’autres choses aussi!) en tout cas, j’ai bien ri (surtout le « j’suis aux chiottes, bordel… » !!!)

Réponse
Zette

Je finis par me dire que celles et ceux qui critiquent sont les seuls à être gênés.
Moi, nous, on vit.

Réponse
LMO

Merci pour cette chouette mise au point!
Je crois aussi que la mère parfaite n’existe que dans nos têtes de mères culpabilisées.

Je crois cependant que la « société » n’y est pas pour rien.

Mais stigmatiser les « mères parfaites » (ou maternantes plutôt dans l’article d’Eureka) ce n’est pas très sympa non plus pour elles! 😉

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

La « société »? Bien faire et laisser dire, en ce qui me concerne 😉
Je n’ai même pas lu le billet d’Eurêka en ce qu’il a de peut-être agressif envers certaines (ce qui m’évite de prendre parti ou position), mais plutôt en ce qu’il y a en dessous, cette impression toujours et partout de ne jamais être à la hauteur.

Réponse
MissBrownie

Idem, no prise de tête et tant pis si je n’arrive pas à tout faire, si le linge n’est pas plié en temps et en heure et si on ne mange pas de bons petits plats chaque jour

Réponse
Nanette

J’aime bien quand tu dis que tu as consacré un an pour construire des bases solides. Ca devrait être possible pour tous je trouve. Si on veut hein, c’est pas une obligation. Mais moi j’aimerais bien 😉

Sinon, Monsieur Mentalo, je fais super bien la blanquette 😉

Réponse
sabine

moi je crois surtout qu’on devrait se serrer les coudes entre mère et pis c’est tout !

(Comment Nanette, elle drague ton mec, hannn!! courage Nanette, c’est bientôt la fin!)

Réponse
O-M

Il faut reconnaître que vous êtes des championnes mais ça n’existe pas d’hier …. j’ai (déjà) donné avec mon boulot jusqu’à point d’heure et en plus avec mon jules c’est pas tjrs cool ça…, mes 3 mouflets, 2 grands et une petite ravisée (cause changement d’étalon), une mère dépressive à gérer itou, des clients, des emmerdes et tout le toutim…et le rayon de soleil quand même, on n’est pas maso
Vous verrez comme c’est bon quand ça s’arrête, et qu’on se lève le matin en ne pensant qu’à soi* !!

* enfin pas trop longtemps…..

Réponse
cranemou

je sais aps si le sujet d’Eureka n’était pas plus sur les extrémistes qui existent chez les mamans (dans les deux clans d’ailleurs)…enfin, je l’ai lu comme ça.

Et sinon, ca ne m’empêchera pas de culpabiliser de temps en temps, mais je pense que j’ai atteint mon graal: « ils vont bien, on va bien, alors vivons maintenant! »

Réponse
bbflo

mon « truc », à chaque fois que je panique, je me pose la question « est-ce vraiment grave ? ». Bien heureusement, dans la très très large majorité des cas, la réponse est non. Alors après je me sens mieux et ça roule !

Réponse
MrsB

Faudrait déjà définir le prototype de la mère parfaite et universelle pour essayer d’accéder au modèle idéal.

Car si l’enfant parfait on voit à peu près dans quel sens ça ira, la mère parfaite c’est plus complexe.
L’idée m’a fait fuir dès que je me suis posée la question, être parfaite allait être en non-conformité avec celle que j’étais avant d’être maman.
Pourquoi dans ce cas culpabiliser : j’aurais les enfants qui seraient des  » parfaites imperfections » nées d’un père imparfait et d’une mère imparfaite.
Pour moi l’essentiel réside dans le simple fait que la vie que nous menons en famille nous ressemble, trouve sa genèse dans nos capacités et qualités et également dans nos manquements et défauts, sas oublier notre capacité instinctive à élever nos enfants.
Une éducation parfaite serait celle d’une machine et ça me fait peur.

Réponse
MrsB

Meuh non ta pensée n’est pas si bordélique que ça 😉

La mère parfaite est un fantasme oui, et je crois que ça va au delà de l’individualité, c’est un fantasme collectif de la Mère Parfaite qui va produire l’Enfant Parfait dans une Société Parfaite.

Fatalement c’est lourd à porter voire à digérer: ça fait parti d’une forme insidieuse d’eugénisme.
J’aurais énormément à dire sur ce sujet c’est passionnant, passionnant vraiment.

Réponse
Bismarck

Soyons imparfaites. Et faillibles (parce que sinon, on risquerait de devenir Pape, ce qui est bien plus ennuyeux, comme boulot).

Réponse
eureka

comment ça tu n’as pas lu mon billet? … bon alors c’etait une autodérision, je suis déçu que certaines ne l’ont pas compris de la sorte..je suis une maman ecolo en quelques sortes sans en faire trop et sans jamais mais jamais me vanter de quoi que se soit et culpoabiliser une maman qui fait autrement, c’etait un billet plus pour déconner de moi même ou je me suis trouvé dans des galeres pas possible entre les couches lavables et l’echarpe de portage. C’etait du sarcasme et du second degrès…bon tout le monde ne l’a pas compris comme ça, ce n’est pas grave… merci de ton clin d’oeil mentalo…

Réponse
eureka

@ lmo: je sais que tu n’as pas aimé..enfin je le sais parce que j’avais compris que tu est maternante, comment dire mon billet visais les mamans extrémistes…il y a un monde entre vouloir etre ecolo et etre extremiste….bon va vraiment falloir que j’arrête de faire des billets à polémique je suis pas douée la dedans moi 😀

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

On peut faire polémique sans attaquer, Eurêka. Et on ne se sent attaqué par un billet polémique que quand on n’est pas sûr de soi (contrairement aux apparences: les personnes très sûres d’elles le sont assez pour laisser couler sans éprouver le besoin de se défendre…) 😉
Chacun a le droit de s’exprimer, du moment qu’il y a du respect dans ses propos.

Réponse
eureka

j’ai pas eu l’impression d’attaquer,enfin c’etait surtout pour déconner un peu…pas grave.Et rigoler sur mon vécu.
Je passe outre, je m’accroche pas à ça. bisouilles mentalo

Réponse
eureka

tout à fait d’accord avec toi c’est leur droit de ne pas aimer, nous ne pouvons pas avoir d’atomes crochus avec tout le monde, c’est comme ça dans la vie de tous les jours et le blog n’est pas une exceptions…j’aime ton franc parlé, j’avais déjà eu l’occasion de te lire sur d’autres sujets et kiffé ta façon de l’exprimer. Nous avons une amie en commun d’ailleurs qui se reconnaitra je pense si elle me li :-D, d’ailleur poulette t’as tenue le coup jusqu’à la maison ou tu t’es pissé dessus avant?je te fais un bisous (euhh je parle à l’amie en question :-D)

bonne soirée mentalo

Réponse
thenewme

La mère parfaite c’est moi. Et de 1 personne ne peut affirmer le contraire. De 2, j’ai une confiance immense en ma capacité à tout faire à la fois : j’ai une carrière parfaite, une vie parfaite, des amis parfaits, un enfant parfait, une maisons parfaite et, surtout, une voiture parfaite parce que virtuelle. Le tout étant de l’affirmer haut et fort. Et puis, bientôt, je vais tous vous déchirer en makis. Même Bbflo ! 🙂

Réponse
Poulette Dodue

La mère parfaite fera probablement une belle mère a chier …à méditer !
J’te bise fort

Réponse
Top.produits.bebe

La perfection n’existe pas, c’est un leurre. Et de toutes les façons, la perfection chez une ne sera pas vue comme telle chez une autre. Petit exemple : pour moi, utiliser des couches lavables n’est absolument pas le signe d’une perfection. C’est un choix de vie, point. De même pour l’allaitement. De même pour l’alimentation bio. De même pour le maternage et j’en passe. Pour certaines personnes, laisser un enfant en crèche est quasiment un abandon. Pour d’autres, se mettre en congé parental est honteux. Vous voyez, la perfection est une notion tellement subjective qu’on ne tombera jamais d’accord ! L’éducation que l’on donne à nos enfants nous est personnelle, le choix de vie également. On est inspirées par notre éducation, éventuellement les expériences d’amies, des bouquins, un pédiatre ou un pédopsychiatre, que sais-je encore… Les « spécialistes » eux-mêmes ne s’entendent pas sur l’éducation parfaite ! On a toutes nos moments de perfection et nos moments de lassitude où l’on rêverait de larguer les mômes une semaine pour retrouver un peu de liberté (et de repos complet). C’est être humain. C’est comme les relations professionnelles, c’est rarement parfait. Les gens se bouffent, se critiquent, mais quelle perte de temps au fond. Il y a une seule limite à l’imperfection, celle posée par le législateur. Après nous sommes libres d’élever nos enfants selon notre bon sens.

Réponse
snana

Je suis bien d’accord…la jolie herbe verte d’à côté n’est sûrement qu’une illusion d’optique. Rien à rajouter!

Réponse
alorom

Que quelqu’un fasse mouler Gromit et démouler Nanette siouplait!!:D La mère parfaite???C’est Moâ d’abord!! D’ailleurs nous avons érigé un autel entièrement destiné à mon culte dans le salon. Mes enfants déposent des offrandes, Willow allume de l’encens, puis ils se présentent un à un , baise ma main parfaitement manucurée et je les adoube en leur disant  » Vas faire tes devoirs, étendre le linge et laver les vitres fils/fille »:D:D:D

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Si t’étais une mère parfaite (et pas refaite) (avec toi, j’ose) (tout le monde dait que le chir’ a raté tes faux seins), t’aurais même pas besoin de leur dire d’aller faire leurs devoirs et le ménage: ils l’auraient déjà fait. 😀

Réponse

Laisser un commentaire