La malédiction

Elle balançait depuis quelques semaines, remplissant l’enfant de fierté. Du haut de ces cinq ans à peine, elle allait enfin devenir une grande. A force de petits coups de langue pointue, elle en eut enfin raison : l’incisive minuscule tomba sur son cahier d’écriture où elle alignait soigneusement les voyelles.

 

Joie et allégresse, quelques gouttes rouges tachèrent le cahier, la précieuse dent fut emballée soigneusement dans un mouchoir en papier, posé en évidence sur le petit banc de bois, juste à côté du trou pour l’encrier depuis longtemps déserté.

 

Puis vint le temps de la récré, la dent fut oubliée, et repris les jeux endiablés. Les cartables refermés, la dame chargée du ménage vint faire son œuvre, et le petit mouchoir fut… jeté.

 

Quand l’enfant rentra à la maison ce soir là, elle montra le petit trou dans sa bouche du bout de son doigt, et se souvint en même temps du petit mouchoir plié en carré sur son banc. La mère et l’enfant coururent à l’école, en vain. Sa première dent ! Le cœur de la maman ne fit qu’un tour, et elle renversa courageusement la grande poubelle sur le béton de la cour, fouilla parmi les restes du goûter d’anniversaire célébré ce jour-là, et trouva le petit bout de coton. Cette nuit là, la petite souris passa pour la première fois dans la maison. Mais elle avait eu chaud.

 

Depuis, dans la famille, de nombreuses dents sont tombées, dont certaines connurent à peu près le même destin, toujours sauvées in extremis, tandis que l’enfant se demandait ce que pouvait bien faire la petite souris de toutes ces dents, et moi je me demandais si c’étais pas un peu macabre, toutes ces dents dans la petite boîte de ma table de nuit, après quelques virées nocturnes sous leurs oreillers en retenant mon souffle et sur la pointe des pieds.

 

Hier soir, ce fut le tour d’une prémolaire de choir dans l’assiette de l’aînée. Elle fut exceptionnellement dispensée de débarrasser la table pour des raisons que ma dignité de mère ne me permet pas d’expliciter ici. L’œil vaseux et l’haleine un peu trop avinée, je débarrassai quelques heures plus tard. Jetant les miettes à la poubelle, tandis que l’Homme des Bois emmenait celle-ci dehors pour cause de passage hebdomadaire imminent du camion qui fascine tant le Petit d’Homme.

 

Eh oui, pour les petits, c’est la petite souris qui passe. Pour les grands, ce sont les éboueurs.

Les commentaires

Zette

Me dis pas que….
Nan, t’as passé la nuit au centre de traitement des déchets ou accrochée au camion?

Réponse
Mary

J’avais une très belle histoire petite qui racontait que la souris se faisait des colliers avec les dents…

Réponse
Kat (Boitatrucs)

Je me suis marrée sur la chute aussi, bien que ce soit un peu… triste, finalement 🙂
Décidément, les dents, elles ont pas de bol chez vous…

Réponse
Mme Déjantée

A croire qu’il faut savoir perdre ses dents avec le sourire!!! Avouons-le, le plus dur pour nous maman est de renoncer à leur magnifique sourire de bébé!!!

Réponse
Poulette Dodue

Point de dents tombées pour les gnomes à l’heure actuelle ! Au graaand regret de Cacahouète qui à 6piges 1/2 se désespère !
Moi par contre ben j’m’suis pétée une dent y a qqus semaine et m’suis pointée chez la dentiste avec: zou un coup de glu « éspéciale » comme neuve !

Réponse
cleopat

je trouve adorable que tu aies retourné la poubelle pour retrouver la dent!
pour la dernière à toi de voir ;D

Réponse
Covima

Il est joliment triste ton billet (à la fin, plein de nostalgie comme j’aime) mais vu son âge, il aurait été surprenant qu’elle le prenne mal…

Réponse
Sandrine

Rassure-moi, elle est bien passée à la poubelle, personne ne l’a avalée en la confondant avec une miette de pain ? PArce que là, c’est pas les poubelles qu’il va falloir inspecter !

Réponse
Bismarck

Ah, mais tu copies, tu pompes tes sujets! Et en plus, ton modèle d’aîné à toi, il est plus vieux que le mien: mon Pirate a déjà perdu sa première prémolaire. (Et avait failli se faire jeter sa première incisive par une maîtresse de maternelle qui n’y connaît rien en petites souris.)

Réponse
Fredauboulot

Même chose avec la première molaire de mon aîné mais j’ai réalisé le lendemain matin et n’ai eu qu’à fouiller la poubelle de la salle de bain.
Mais là où je fais pire, c’est que j’ai bien gardé les 8 incisives, tombées il y a quelques années, mais que suite au dernier déménagement, impossible de me rappeler où je les ai mises. Et pareil pour la première incisive de ma 2e. Pourtant c’est pas vieux et on n’a pas déménagé depuis.
Je perds la boule, j’vous dis!
Du coup, quand elle me dit qu’elle veut les garder, contre seulement une pièce de 1€ au lieu de 2€, je finis par me dire que c’est peut-être mieux comme ça…
Sinon, pour celles qui s’inquiètent, ma tite puce a perdu sa première dent à presque 8 ans. Mais du coup, elles tombent les unes à la suite des autres.

Réponse

Laisser un commentaire