La reprise

J’ai faim.

 

J’ai passé une semaine de rêve avec Alorom, la Blonde (je t’adopte si ta reum est trop relou – ou si elle n’a plus de linge propre dans son placard), le Graton (je t’adopte, vu que tu sais faire les scoubidous) et Willow (je t’adopte aussi, vu que chez moi tu dors, crapule), à faire les touristes dans mon coin, puis à rien faire que se repeindre les doigts de pied, que quand elles sont parties j’avais tellement oublié qu’elles ne vivaient pas chez moi que c’en était tout vide.

 

J’ai repris le boulot après cinq malheureux jours de congé, et mon ordi semble avoir oublié jusqu’à mon existence. C’est un poil flippant, mais on survit bien: il suffit de squatter chez le voisin. Puis on est dans le noir, parce que les stores extérieurs doivent être nettoyés. C’est … intime on va dire. Ou du moins, spécial. Comme l’impression de bosser dans un atelier clandestin.

 

Hier je suis allée à un barbecue, il a plu toute l’après-midi. Ca doit être mon karma. Comme celui d’être invitée à un mariage après avoir bien languedeputé que la robe de la mariée ressemble au carpaccio de l’autre zinzin qui chante. Cherche cours de fayotage d’urgence. Je rappelle que le mensonge de politesse n’est pas mentir, mais savoir-vivre.

 

Je viens d’apprendre à Miss Camping à envoyer un fax. Je ne sais pas si dans ce cas on parle de progrès ou d’espoir. Elle n’a quand-même pas encore la moitié de l’âge qu’aurait ma grand-mère, qui en avait pourtant bien compris le principe:

 

Tu m’as dit, c’est une machine pour envoyer des lettres. Ce que je ne comprends pas, c’est comment on fait pour ouvrir l’enveloppe, quand on reçoit un fask.

 

J’ai pensé à lui faire croire (à Miss Camping, pas à feu ma grand-mère) que la machine faisait aussi le repassage, mais j’ai laissé tomber, c’eût été trop facile.

 

Ne reculant devant rien pour toi, lecteur chéri, je suis en mode deux enfants, pour vérifier l’adage que trois, houla, c’est trois fois plus de boulot que deux. J’ai jusqu’à mercredi pour rendre ma copie. Mais j’ai déjà un doute. Plus y a de fous, moins y a de riz, et plus on rit, chez nous.

 

Que du très normal, donc. Allez, je reviens très vite avec des places de cinoche pour les petits et puis des tas de trucs chouettes.  ***Y croire très fort***

 

Je te laisse, c’est l’heure de ma sixième pause pipi. Dans le noir aussi. C’est conceptuel, voilà.

 

 

Les commentaires

MissBrownie

Bonne reprise 🙂
Moi aussi c’est ma reprise car pendant 1 semaine, je n’ai allumé l’ordi que 2 fois et avec la 3G pour m’arracher les cheveux!

Réponse

Laisser un commentaire