Un lundi

La journée avait mal commencé. C’était lundi et il y avait non pas un, mais deux nœuds dans le câble d’alimentation de mon sèche-cheveux. Je déteste les nœuds, depuis que, du temps des mouchoirs en tissu de mon enfance, je ne me rappelais déjà plus pourquoi j’avais fait un nœud dedans. Alors pourquoi aurais-je bien pu vouloir faire non pas un, mais deux nœuds dans le câble d’alimentation de mon sèche-cheveux ?

 

Ensuite, si la veille j’avais retrouvé avec de petits cris presqu’orgasmiques mon lit bien-aimé après deux jours d’infidélité, nous n’avions pu lui et moi consommer notre union passionnée guère plus de cinq heures.

 

J’avais passé le week-end en altitude, et le retour sur la terre ferme faisait un petit pincement là, du côté gauche. La mariée était jolie, elle rayonnait. Et nous tous, autour d’elle et lui, nous étions heureux de leur bonheur.

 

Une fois de plus, cette envie tenace de figer le temps au beau fixe.

 

C’était un lundi. Ou était-ce aujourd’hui ?

 

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de la Mère Joie.

 

 

Les commentaires

Mme Déjantée

Je ne peux pas dire, j’ai l’angoisse des noeuds, c’est comme la spéléo… un vrai truc de claustro qui pense qu’il ne s’en sortira jamais..!!!

Réponse
Poulette Dodue

T’avais l’attitude en altitude ??? Fastoche ? oui ben c’est lundi quoi !

Réponse
madamezazaofmars

Mon lit me manque, je passe plus de temps assise au bord a bercer les gosses
Jolie photo

Réponse

Laisser un commentaire