Avant l’orage

Ce matin le tonnerre grondait, faisant trembler les vitres. Nous attendions la pluie qui ne manquerait d’arriver quelques instants plus tard, le geste suspendu, vaguement inquiets de la violence des éléments qui se déchaîneraient devant nos yeux.

Ces quelques instants juste avant que l’irrémédiable ne se produise. Ces quelques instants où nous prenons enfin conscience du bonheur insouciant d’avant, qui ne reviendra jamais pareil. Ces quelques instants avant le déluge.

Après, les flaques comme les larmes finissent un jour par sécher, et le soleil par revenir. Mais toujours en mémoire reviendra ce matin d’orage où tout a changé.

 

Les commentaires

cleopat

Vraiment Très joli! mais en m^me temps ça me rend triste ça me fait penser à
« Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur ?… »
j espère qu il « ne pleure pas dans ton coeur »

Réponse
Poulette Dodue

Boule au ventre, sentiment d’impuissance…des pensées . Nouée.

Réponse
Mme Déjantée

Me fait penser à un morceau de Ligeti, bien sûr, je ne sais plus lequel…où l’idée consistait à rendre compte l’idée de la page blanche post-cataclysme… un peu comme le faux silence d’une corde de harpe vibrant encore longtemps après que le son ait été produit…

Réponse
Covima

J’espère qu’il n’y a rien de grave, mais au vu de ce billet et du suivant (et des coms ci-dessus) je me demande… Tes textes sont beaux en tout cas.

Réponse

Laisser un commentaire