Rentrée… sous terre

Après avoir compromis les chances de ma fille de passer inaperçue au Collège bien avant son entrée, j’étais bien décidée à me rattraper. Ou à me fabriquer une image de mère parfaite et concernée, selon l’angle de vue.

 

C’est ainsi que l’autre jour, j’assistai à la Réunion de Rentrée. Un rapide calcul, huit classes de sixième de vingt-cinq élèves, ça donne environ deux cents parents. Ah ouais. Ben faut croire qu’il y en avait pas mal qui avaient déjà vu le film, parce que si on était trente, en comptant les parents ultra flippés, euh, concernés, qui étaient venus en duo… Mais j’étais là, et je n’avais même pas envie de bâiller, ultra motivée j’étais.

 

Passées les considérations techniques de base, entre cantine bio et mesures de sécurité, de contrôle des absences et de surveillance des allées et venues des élèves dont j’avais pu vérifier à mon entrée qu’elles n’étaient absolument pas appliquées (mais je m’abstins d’en faire le commentaire), nous nous rendîmes dans les classes où, pour la première fois en six ans de scolarité de la prunelle de mes yeux (menthe à l’eau), je ne me déboîtai pas le genou en tentant de me coincer derrière un banc de lilliputien.

 

Nous pûmes alors assister au défilé des différents professeurs chargés pour cette année d’instruire notre fabuleuse progéniture. Je pus constater que l’enseignement est bien décidément un métier de gonzesses et que putain, la plupart avaient à peine le double de l’âge de ma fille. Merde !  Mais je m’abstins encore de tout commentaire, après tout, ça m’est égal, hein, que Mademoiselle Ciensanatomik n’ait pas un poil de cellulite sur les deux mètres de jambes superbement bronzées sans traces de chaussettes (elle) qu’elle nous dévoilait. M’en fous aussi que Mademoiselle Cambridge ressemble furieusement à la dernière babysitter en date chez les Mentalo, l’acné en moins. 

 

Pas plus je ne bronchai quand Madame Clédefolle illustra son propos et le programme de l’année en entonnant différentes versions rythmées de Oh Happy Days d’une voix puissante, tapant dans les mains et dansant à l’appui, laissant les trois pelés parents présents pétrifiés.

 

Fallait surtout faire bonne impression, pensé-je.

 

Madame Dupinsofou nous expliquait justement, à grands renforts de moulinets de bras et d’accent du sud, comment il était important, voir vital, que nous, les familles, soutenions Son Travail en éveillant notre marmaille à l’Art, que nous ne perdions aucune occasion de les stimuler visuellement, et que d’ailleurs, elle avait fait remplir une fiche aux élèves pas plus tard que ce matin pour qu’elle puisse évaluer notre investissement en la matière.

 

Je me précipitai à la maison.

 

-T’as mis quoi ? T’as mis quoi sur la fiche de Madame Dupinsofou ?

-Ben rien, j’ai dit qu’on visitait jamais rien de l’Art, nous.

 

 

Un partout. Balle au centre. La saleté.

 

PS Quelques touches de Mère Joie se sont glissées dans ce billet, sauras-tu les retrouver?

 

 

 

Les commentaires

Mme Déjantée

ça me rappelle le jour où l’Anté-pré-ado était allé à l’école en pyjama (et sans slip dessous)… manque de pot c’était aussi le jour de la visite médicale….

Réponse
LolaSurLaToile

C’est très LMJ, ces surnoms, non ?
Pour l’instant, je ne fais rien qui nuise à l’épanouissement scolaire de ma progéniture. Enfin, si on excepte que je me suis fait remarquer à la réunion de parents (la maîtresse m’a dit qu’elle avait de la chance que ma fille soit moins bavarde que moi). Et qu’interrogée sur les professions de ses parents, la charmante enfant a répondu que son père fabriquait des lampes (ouais, on peut dire ça… il bosse effectivement dans une boite qui commercialise des éclairages) et sa mère… heu… elle ne savait pas.

Réponse
cleopat

les surnoms sont bien du style LMJ !
j adore ! clédefolle semble porter son nom à merveille ! lol bah au moins c est plus amusant que madame fluteaubecetbalaidansle… !

Réponse
Cambroussienne

Je me suis perdue sur ton blog : j’ai lu (ou relu) les liens qui renvoyaient vers d’autres liens, qui eux-mêmes renvoyaient vers d’autres liens, et tu vas pas me croire mais ces autres liens-là renvoyaient vers encore d’autres liens… Deux heures pour finir ce billet…. Suis épuisée, j’ai faim et surtout j’ai soif ! Sommelier ! À boire (quelque chose de fort)…

Réponse
Poulette Dodue

Faire connaissance avec « la brochette » de profs c’est un grand moment (enfin la première fois surtout)
Chaque rentrée je suis comme les djeuns, fébrile , c’est couillon mais bon…
Les profs aux longues jambes bronzées devraient être répudiées !!?

Réponse
MrsB

J’adore l’expression on ne ne visite jamais rien de l’ art -avec un « a » majuscule en plus-, si ce n’est pas de la dévotion à cette matière ô combien périlleuse, et ma foi curieusement enseignée dans nos écoles.

Réponse
bismarck

Dans un des collèges où j’enseigne (moi qui commence à avoir l’âge des parents de mes élèves), la prof d’art plastiques est su Sud, et le prof de musique vient du Québec. L’art est accentué, en somme.

Réponse

Laisser un commentaire