De la connerie

Puisqu’on est lancés à casser du grognon, ne nous privons pas du plaisir de continuer. Et pour te montrer que je ne suis pas sectaire, je vais taper un peu sur mes collègues – on peut pas en avoir après les fonctionnaires tous les jours (c’est pour rire, c’était même pas le cas).

 

 

Je travaille en milieu majoritairement masculin, certes, mais surtout, en atmosphère masculine (ça veut pas dire qu’ils ont l’hygiène de dessous de bras foireuse, je te rassure), disons le, bien machiste.

 

Comme je suis une travailleuse relativement solitaire – ce qui s’explique d’abord par ma nationalité et ma langue maternelle, donc ma culture par rapport à celles de l’entreprise, mais aussi par la nature même de mon boulot – le seul endroit où je sois forcée de côtoyer vraiment mes comparses d’infortune est la cantine. Pour le reste, je les évite soigneusement – autant que je peux, du moins.

 

A la cantoche, tout le monde se lâche. Ca casse allègrement du collègue payday, ce qui avait le don de me mettre mal à l’aise jusqu’il y a encore quelques années, complètement hors de moi maintenant. Je me fiche de savoir qui couche avec qui, j’en ai déjà parlé (grand moment d’anthologie dans les commentaires, j’en pleure encore),  sauf si c’est pour apprendre comment cette pute de Heidi de la compta a obtenu la meilleure place du parking (spéciale dédicace à Monsieur Petticoat). Donc au mieux je fais la gueule, au pire je gueule. Ca les empêche pas de recommencer, ces bâtards.

 

Leur grand truc, aussi, c’est de se plaindre de leurs gosses. C’est chiant, les gosses. Ca coûte cher, les gosses. Ca fait des conneries, les gosses. Ca fait vraiment de grosses conneries, les gosses. Putain, mais que c’est lourd, les gosses. Surtout quand la belle-mère est livrée avec (avoue que c’est pas de bol). Ca bosse pas à l’école, les gosses. Mais surtout qu’est-ce que c’est chiant. Et puis qu’est-ce que ça coûte. Et puis c’est chiant, aussi. Et ça coûte.

 

Bordel. La meilleure chose qui me soit arrivée dans ma vie, ce sont mes gosses. Ma plus belle réussite, ma plus grande fierté, ma joie de la journée, quel que soit (spéciale dédicace à @101Olivier le bourgeois, merci, bisous) mon état de délabrement physique et mental quand je rentre de ces journées dans l’adversité. Ce qui m’oblige pas non plus à virer mièvre, je te rassure (ça se saurait). Un gosse, c’est pas un clébard qu’on peut foutre à la SPA quand on en a marre de le sortir (je sais c’est dégueu, mais c’est pour l’exemple – d’ailleurs j’ai pas de chien, je sais pourquoi), c’est du boulot, une responsabilité, on le sait d’avance et si on assume pas,  si on trouve ça trop chiant, on fait un nœud, les gars.

 

Vos gueules, tas de mouettes débiles, je pense chaque midi. Z’avez rien compris.

 

Ca aide pas à zermater, je te prie de croire, autant de connerie.

Les prunelles de mes ovaires (© Zette) prennent l'air.

Les commentaires

Louise

n’empêche ton article tombe à point nommé (je vais PUBLIER SUR MON BLOG SI SI) (et ME PLAINDRE DES ENFANTS), je suis si contente de passer à nouveau pour une intégriste, merci <3 🙂

Réponse
teparlerdemavie

ça me fait penser à mon boss qui râle quand je pose une demi-journée pour emmener mon fils faire des exams médicaux. Dernièrement, je lui ai dit : »vous avez des enfants, vous savez ce que c’est » et il me répond : « oui mais moi, c’est ma femme qui s’en occupe »!
Le con!

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Moi je pose une demi-journée de congé (le congé enfant malade n’existe pas ici, en gros) et je luis dis pas pourquoi. Ou alors je dis que je fais du shopping, ça lui laisse tout le loisir de pérorer sur la futilité des femmes. Ou de la paperasse. Ou rien, pourquoi il aurait besoin de savoir ce que je fais pendant mes jours de congé légaux? Je lui demande, moi?

Réponse
Val1603

Bon en même temps, ils ont pas tout à fait tort… nos gosses… on les adore… même si parfois ils sont chiants… et qu’en plus ils bossent pas à l’école, non 😉

Réponse
Zette

Les prunelles de mes ovaires > très imagé et poétique.

C’est assez renversant de savoir ce que pensent les hommes au boulot, vis-à-vis des conversations qu’on peut avoir entre filles.

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Je te l’ai piquée: t’es trop forte.

Tu penses bien que j’ai questionné Jules. Il est sidéré comme moi d’entendre ce que je raconte. Il dit qu’à son taf il a pas remarqué à ce point (mais nationalité donc culture différente).
Tiens, je préférerais qu’ils parlent foot ou cul, tant qu’à faire dans le stéréotype!

Réponse
Zette

De cul, t’es folle, ce coup-ci, c’est nous qui nous en prendrions plein la tête, si tu me permets l’expression qui peut paraître elle aussi très imagée si prise au 1er degré.

Réponse
Marie-Do Ado Mode d'Emploi

Mon mari m’a fait rire, lui travaille qu’avec des femmes (non je suis pas jalouse) et lorsqu’il me raconte ce qu’il entend, ça ressemble beaucoup à ce que tu entends de la part de tes collègues masculins, elles sont toujours en train de se plaindre de leurs gosses. Il m’a dit : moi quand je leur parle de nos gosses, c’est pour leur dire des trucs dont je suis fier, elles sont toutes comme ça les femmes ?

Réponse
MissBrownie

Gloups.
Mes collègues étaient exclusivement féminines… quoique il y avait tout de même 2 mecs de l’informatique, mais je ne ressentais pas cette ambiance lourde de critique sur les enfants.
Non, c’était plutôt dans la confidence quand ça allait ou n’allait pas.
Puis on rigolait bien.

Réponse
MrsB

C’est un peu « tendance » de se plaindre des enfants.
Tiens un papillon toque à la fenêtre, je lui ouvre et je reviens ….
Donc disais-je ? Ah oui, cracher sur sa progéniture c’est à la mode du parent dit indigne, ça donne un genre décomplexé des gonades trop cool.
Quand j’étais une jeune maman c’était tout l’inverse, est-ce que c’était mieux je n’en sais trop rien. Non si ça manquait de sincérité. La question réside dans la sincérité des propos et comme c’est dépassé comme concept à l’heure où on passe notre temps à se vendre comme de vulgaires produits consommables, on n’est pas rendu dans un monde plus sensé.

Est-ce que les gens sont secs du coeur ou menteurs ?

Réponse
crisprolls

mais qu es ce tu fais donc comme boulot ?
j’ai pas encore trouvé un boulot ou personne ne se plaignaient …chais pas s’il existe d’ailleurs.
ah la cantoche c’est totu de meme mieux si on peut entendre parfois des trucs POSITIFS sur la vie, les gosses, les activités
sinon autant tenter direct l intoxication au poisson panée!

Réponse
la défraîchie

Bon quand même tu m’as beaucoup fait rire (la pute de Heidi, non mais hahahahahaha). Sinon, moi j’avais une collègue qui, la conne, après avoir fait caca (systématiquement aux alentours de 14h), ouvrait grand la porte des toilettes qui donnaient sur le couloir près de mon bureau, pour aérer.
(C’est à Zermatt qu’ils prennent l’air tes enfants? Je ne suis pas sûre d’avoir bien compris… Moi un peu débile, tu sais.)

Réponse
marmouzets

Surtout que c’est connu que ce genre de bourrins rentrent chez eux, s’occupent des gosses, des devoirs, font à manger, le bain, le ménage et vont se coucher épuisés (surtout qu’en plus ils se lèvent la nuit en cas de réveil des enfants !)
C’est chiant les gosses, c’est sûr…

Réponse
Me, Myself and I

La prochaine fois gueule un coup en leur disant que s’ils arrêtaient de se gratter les burnes devant la télé et passaient un peu de temps avec, leurs mômes, ils en verraient les bons côtés au lieu des mauvais.

‘tain j’aime pas les gens.

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Excellent. J’y penserai, et je penserai à toi.
(je dois avouer quand même que mes 3 collègues les plus proches ne se plaignent jamais et sont des papas formidables, du style à prendre congé pour accompagner une sortie scolaire à vélo sous la pluie et à me demander desnews des miens. Mais à part ces 3 là…)

Réponse
cleopat

moi ça va mon collègue de bureau c est le mur qui se trouve face à moi
il réfléchit de temps en temps mais seulement la lumière
comme tous les murs il n a pas d oreilles
je dis parfois du mal de lui car il est assez décrépit mais je ne me moque pas tous les deux on a besoin d’un bon ravalement!
parfois j ai envie de le sauter !
mais c est juste pour m’évader un peu!
allez là je me le fais! car j’ai atteint le quota d âneries pour la journée ;°)

Réponse
La Mère Joie

Ca me rappelle la discussion de Légio (qui me cite maintenant en référence 😀 ) avec ses collègues profs sur la violence éducative.
Bon bien sûr, le parallèle va te sembler obscur étant donné que tu n’étais pas dans la voiture avec moi quand il m’en a parlé mais voilà, quoi, bite de poney.

Réponse
ltx4everNumerobis

Il en manque une, de prunelle de tes deux ! Et en plus, avec des mots clés comme ça, tu nous refournis un an de requêtes google débile ! C’est un peu facile…

Réponse
Begonia

Dans la société que je viens de quitter, j’ai surpris un jour une conversation entre deux collègues mâles (26/30 ans maxi)… Les deux comparaient leurs astuces spéciales apprentissage du pot !

Mention spéciale aux funérailles de la crotte via la chasse d’eau (avec cérémonie mortuaire)….

Entre eux, ils sont souvent bien plus « mignons » qu’en meute et surtout en public !

Réponse
Cambroussienne

Ceci est un message de NuméroBis qui s’insurge contre les cons trop nombreux en ce bas monde. Elle souhaite bon courage à ceux & celles qui sont quotidiennement obligés de supporter leurs vomissements verbaux.

Réponse
bismarck

Bon ben maintenant que je suis débarrassée de mes nains, je peux commenter. Parfois, c’est vrai, ils m’agacent. Mais je ne crois pas m’en vanter à l’extérieur, et il y a avec eux tant de petits et grands bonheurs…
Comme d’autres l’ont déjà dit: que ces mecs commencent donc par s’occuper vraiment de leurs enfants, avant de dire qu’ils sont pénibles!

Réponse
Covima

Qu’est-ce que je l’aime cet article ! Je ne pensais pas que c’était masculin, de se plaindre de ses gamins, bizarrement. Toute la journée, j’ai pensé : vivement ce soir que je les retrouve, y’a vraiment que ça de vrai, pour moi ; le boulot, quand ça se passe bien c’est mieux (je ne m’en plains pas) mais l’essentiel est à mon sens tout ce qui se passe ailleurs : à la maison, notamment. Je suis vraiment fan de ta façon d’écrire tout ça, à chaque fois je me dis : « mais c’est tout à fait ça » ! Mentin très bien à la légende de la photo 😀

Réponse

Laisser un commentaire