Lâcher sa main

Ca fait un peu plus de dix ans maintenant que je la couve comme la poule son œuf d’or. Dix ans que je veille sur elle encore un peu plus que sur les autres. Elle est l’aînée, elle a une histoire différente des autres, un peu comme si toutes les deux depuis le début nous marchions comme un funambule sur son fil,  sans filet.

 

Et puis, là, doucement, je sens qu’il est temps que je lâche sa main. J’ai fait mon travail de maman. A elle de faire désormais le reste du chemin. Elle a toujours tout fait avec un peu d’avance et une volonté sans faille. Les dix prochaines années, ce sera à elle de se construire, plus à moi. Moi, je serai ses racines, son rempart, son phare. Du moins, je l’espère. Du moins, en partie. Du moins, jusqu’à ce qu’elle fasse de la place dans son cœur pour celui qui, lui aussi, la serrera dans ses bras à l’étouffer. A elle de tendre l’élastique qui nous relie à son goût. A moi de l’accepter, d’être là, sans exiger.

 

L’adolescence est là, elle frappe à notre porte, se dessine doucement. Nous valsons, joli ballet destiné à trouver chacune notre place à l’autre. Un pas en arrière pour moi, un pas en avant pour elle. Et j’ai plaisir à la voir, si grande, si belle. Ma vie, mon oeuvre. J’ai hâte. Je ne regrette rien. Il est temps. Il est un temps pour chaque chose. Je suis heureuse de lui laisser le devant de la scène. Egocentriquement, je me dis que si elle s’en sort jusque là si bien, c’est que j’ai bien fait mon boulot ces dix dernières années. Le rôle de l’ombre me va parfaitement.

 

Vendredi, les meilleures-amies-toutes-neuves du collège vont faire leur apparition chez nous.

 

Je voudrais que tu les connaisses, et qu’elles te connaissent, maman.

 

 J’ai cru mourir d’amour. Ca dure encore combien de temps, qu’elle soit aussi fière de moi que ce que je suis fière d’elle?

Je sais très bien que nous aurons des jours moins jolis. Mais je savoure ceux-là, pour mieux m’en souvenir, quand ça viendra.

Je suis prête. Elle aussi, je crois.

 

  

 

 

 

PS    L’autre nuit, j’ai répondu à l’interview de maman de Marjorie d’Avec Pitchoun, tu peux découvrir plein de choses sur moi ici, comme ce que je fais de mes jours et de mes nuits…

Les commentaires

O-M

C’est une enfant en or…et qui vous aime.tu peux être fière, d’elle, de toi. Parfois je me demande si l’adulte n’est pas elle ^^
Me trompais-je ?

Réponse
Clochette

Un bien joli texte, merci pour ce beau moment! je ne suis pas encore maman mais j’espère de tout cœur avoir une relation de complicité semblable à celle que tu entretiens avec ta fille.
Merci encore

Réponse
mmedejantee

J’aurais tendance à penser comme toi… que ce sont des instants rares et que de moins jolis suivront dans cette difficile période d’adolescence..
Pour ma part, j’ai encore quelques années pour m’y préparer… mais même si j’ai été un piètre exemple en la matière, je me demande si tout cela est réellement incontournable: je veux dire, pas l’adolescence ses doutes, ses conflits, ses remises en questions, ses errances, ses oppositions… mais pourquoi devrait-on y perdre l’amour et le respect???
J’aimerais tellement montrer à mon fils que ses émotions, même violentes, ne pourront jamais remettre en question l’amour que nous lui portons et qu’il n’aura pas besoin de nous haïr pour prendre sa place dans la vie…

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Je ne sais pas si on a forcément besoin de s’opposer. Certaines oui, d’autres non. Je n’ai pas eu d’opposition violente, du coup, je m’oppose maintenant complètement, dans ma maniüre d’éduquer mes enfants, dans ma relation à eux, mais avec évidemment nettement plus de maturité et de réflexion, de distance qu’à 15 ans…

Réponse
Cambroussienne

« Je voudrais que tu les connaisses, et qu’elles te connaissent, maman. » J’aurai fondu aussi, je pense. Quelle belle non-déclaration d’amour…

Réponse
Mère Lacunaire

Super relation qu’est la votre ! J’espère vivre quelque chose comme ça avec ma fille, mais je ne sais pas pourquoi, j’ai comme l’impression que ce sera moins dans la tendresse de la fille envers sa mère ! En attendant entre 2 coups de gueule on rigole bien aussi.

Réponse
Mère Lacunaire

Très jolie relation entre mère et fille ! Ca donne envie ! Ici c’est moins dans la tendresse et plus dans le délire, entre 2 coups de gueules … C’est différent, mais c’est bien aussi !

Réponse
Covima

Encore un magnifique billet, qui donne le frisson et les larmes aux yeux. Il tombe à point nommé aujourd’hui, pour l’anniversaire de mon petit dernier, et je me dis comme toi justement que dans quelques années, j’aimerais avoir cette relation-là avec les miens, pour pouvoir les lâcher sereinement. Allez je fais un lien, tiens !

Réponse
isa-monblogdemaman

Ca que j’aime quand vous parlez de cette pré-adolescence. Période entre deux eaux où ils ne sont ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait un autre. Je la sens arriver chez mon 7 ans, par des regards en coin, des expressions nouvelles sur son visage édenté. Et lire ce genre de billets me rassure sur ce qui m’attend.

Réponse
Lulu

J’aurais envie de dire « attention, pas si vite, c’est encore une enfant, et les ados c’est pas toujours marrant ! » mais tu en parles si joliment que je ne peux que t’envier. En tout cas bravo, ton billet est magnifique…

Réponse
Purplenessa

Mon coeur se serre à la lecture de ce billet ! On dirait de l’abnégation pure.

10 ans… C’est si court et si long. Aujourd’hui je me félicite et je savoure chaque progrès de ma puce de 18mois, et je me dis que j’ai le temps, mais je pense que je serai contente si à ses 10 ans je suis comme toi, à pouvoir lui susurrer « Va, ma fille »

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Mais c’est normal, elle n’a que 18 mois ta ptiote! Tu verrais comment je suis avec ma petite de trois ans (dimanche)! Grave fusionnelle (en 3 ans je l’ai laissée 2 nuits et j’en ai pleuré ma race!) que c’en serait pathétique et inquiétant… si je ne me rappelais pas être exactement pareille avec la grande quand elle avait son âge! 😉

Réponse
Envol |

[…] a douze ans, et je sens imperceptiblement qu’ elle s’envole, un peu comme quand je lui apprenais à rouler à vélo en courant à côté sur l’allée du […]

Réponse

Laisser un commentaire