Trois

♪ ♫ Musique de la pub Royal Canin on… (merci Ennio) ♪ ♫

Je m’étais levée quelques heures auparavant afin que tout soit prêt pour elle. La table dressée, la maison décorée, son petit déjeuner préféré préparé avec amour. Je montai la réveiller en chantonnant doucement « Joyeux Anniversaire, Joyeux Anniversaire, ma Pili-Pili… » et elle ouvrit les yeux dans un sourire, blottit sa tête sur mon épaule, serra ses petits bras chamallow autour de mon cou. Prélude d’une journée douce et tendre.

♪♫… Bruit de disque qui déraille…

.

On était rentrés dans un sale état vers cinq heures du matin cette nuit-là. La veille, j’avais commencé par aller à mon cours d’équitation déguisée en Zorro (WTF), avec les copines, on avait déjà bien pricgolé. Ensuite, avec Jules, nous avions rejoint des amis à une soirée plus ou moins pseudo caritative. On avait dansé et chanté toute la nuit, et bu, pour la bonne cause, évidemment. A six heures onze, il avait fallu se lever pour pisser en marmonnant féchié, féchié, féchié. A sept heures quatre (putain de changement d’heure), la Pili-Pili sauta sur le lit à pieds joints en hurlant : « A mon anniversaire à moi ! A trois zans comme ça (montrant deux doigts et en rajoutant un) avec le pouce ! Il est où mon bibi ?»

.

Je résistai à l’envie d’assener un « DTC » bien senti à la chair de ma chair, sachant que DMC, y avait déjà ma tête. Je me levai brièvement pour lui filer la tablette de chocolat que j’avais retrouvée dans son lit la veille et confisquée (zéro idée de sa provenance), histoire de gagner quelques minutes salvatrices sous la couette – j’assume totalement. Dix. Minutes. Puis il fallu se rendre à l’évidence, la journée serait longue. Il me restait exactement quatre heures, vingt-six minutes avant le débarquement des invités, un cours de poney avec les gamins déguisés en n’importe quoi, un repas pour douze à finir, une table à dresser, un gâteau à terminer.

A treize heures, La Pili-Pili déclara:

-A plus faim, moi, a bien mangé, moi. Toutes les cacahuètes.  (à la cuiller à soupe, ndlr)

-Heu…

.

A quinze heures, je lui croassai – d’une voix cassée par les excès de la veille comme si j’avais fumé des Gitanes depuis mes dix ans – mes vœux les plus sincères. Et elle souffla ses bougies dans un sourire heureux. Avec sept heures et vingt-six minutes d’avance sur le calendrier officiel quand-même. Fierté. A vingt heures quinze, j’échouai dans mon lit. Mais je ne rêvai point de mon dernier accouchement, ouf.

.

Love etc.

.

Les commentaires

O-M

Bon Pili-niversaire !
Quand on fait des gosses ma fille on fête le jour de l’accouchement hé !

* ça me rappelle la pub « knackis »,:
l’amour de gamine qui réveille la maisonnée à 10 heures (un dimanche surement) et qui dépitée, dit à sa mère : t’avais dit qu’on ferait des knackis !!!!

Réponse
sabine

« sachant que DMC, y avait déjà ma tête » ça restera dans les …annales 🙂 🙂
BON ANNIVERSAIRE PILI-PILI

Réponse
Covima

Bon anniversaire à Pili-Pili ! En fin de compte le caritatif là-dedans n’était pas la veille au soir mais bien le lendemain, vu l’épreuve que ça a du être de tenir toute la journée ? 😀

Réponse

Laisser un commentaire