Océans

Ils s’aimaient d’un amour tendre. Leur idylle avait débuté un jour d’Epiphanie, autour de la galette à la frangipane. Elle avait trouvé la fève, il était devenu son roi.

 

Elle lui envoyait des lettres enflammées, où elle lui contait son amour, lui promettant de l’aimer toujours, de l’attendre toute sa vie s’il le fallait : elle avait deux ans de plus que lui.

 

Il était heureux de sa présence, et répondait à ses lettres de son écriture mal assurée, même quand la distance des vacances les séparait. A tous ceux qu’il rencontrait, il ne parlait que d’elle.

 

Ils s’arrangeaient toujours pour se retrouver seuls afin d’échanger quelques baisers timides et purs. Ils avaient toujours l’un pour l’autre des petites attentions, des petits signes de complicité tendre, des petits cadeaux qu’ils fabriquaient le plus souvent de leurs mains.

 

Puis elle s’enticha d’un bad boy et s’éloigna imperceptiblement d’abord, plus franchement ensuite, le rejetant presque. Plus de lettres, plus de missives glissées en douce sous la porte qui faisaient autrefois sa joie.

 

C’est alors que mon Moelleux de pas encore sept ans connut son premier chagrin d’amour et que ses yeux bleus devinrent des océans.

 

 

... passionnément... pas du tout...

Les commentaires

Olivia Billington

Oooh, pauvre petit Moelleux ! Heureusement qu’il a une maman tendre qui saura trouver les mots pour le réconforter (même si, tout le monde le sait, quand on a un chagrin d’amour, on est sourd à tout le reste).

Réponse
Fredauboulot

Je reste sans voix devant tant de poésie…
C’est la vie, Moelleux. Tu finiras par l’oublier…

Réponse
Zette

TOUTES DES S….. sauf nous.
L’adage dit « à coeur vaillant rien d’impossible », je dirais plutôt « à coeur brisé rien d’impossible ».

Réponse
O-M

Pauvre petit coeur….encore trop naïf sur la sincérité amoureuse des nanas.
Ce n’était pas la bonne….et tu vas la trouver la sublime, celle qui est douce et belle comme môman !

Réponse
Covima

Les peines des enfants me font toujours plus mal que celles des adultes, en général, d’autant plus quand on sent toute la tendresse de la maman derrière. Des bisous…

Réponse
snana

Je me souviens d’un chagrin d’amour profond à son âge. Et je retiens de cela que la douleur n’est pas moindre quand on est petit.
Je lui souhaite, à ce beau garçon tendre, d’oublier son chagrin et de retomber amoureux fou d’un cœur aussi tendre que le sien 🙂

Réponse

Laisser un commentaire