Caniveau

Ca n’a pu échapper à personne, dans moins de quatre mois, la France aura un nouveau Président. Que ce soit le même ou un autre, d’ailleurs. Ce qui a encore moins pu échapper à personne, c’est que nous sommes entrés dans une phase de campagne très agressive, où tout est bon pour déstabiliser, abîmer, démolir le candidat du camp d’en face, voir le camp d’en face en entier.

 

Comment s’étonner alors, qu’une fois élu, le Président, comme le camembert, n’aura qu’un nombre somme toute assez restreint d’opinions favorables ? Et pourtant, il va falloir qu’on fasse avec, cinq longues années durant, ce type qu’on a traîné dans la boue. Il va bien falloir qu’on s’en contente. C’est le jeu, ma pauvre Lucette.

 

Un jeu, la politique, un sport ? Y a pas des règles de fair-play, dans le sport, rappelle-moi ? Y a pas des règles du jeu dans un jeu, justement ? Et dans la société pseudo évoluée que nous formons, y a pas des règles de bienséance, de respect ?

 

Invitée ce matin sur une radio locale à répondre à la question de micro-trottoir de savoir si les signatures des maires en faveur de tel ou tel candidat à l’élection qui nous occupe à peu près 90% de cerveau et d’oreilles disponibles en ce moment (près de quatre mois avant, au secours), une brave quidam répondit tout naturellement à côté de la question (sport national français, on ne vote jamais pour quelqu’un ou quelque chose, mais contre quelqu’un ou quelque chose, si possible qui n’a rien à voir) : « ah oui, que le nain dégage, et vite ! ».

 

Dans les brumes de mon éveil difficile, ces mots n’ont pas manqué de me choquer. Pas par leur fonds, mais par leur forme. Où est passé le respect sinon de l’humain qui l’occupe, celui de la fonction ?

 

Mais comment s’étonner, quand on entend les noms d’oiseaux et les insinuations, allusions, accusations, dénonciations plus ou moins calomnieuses dont les acteurs de ce théâtre grotesque se gratifient mutuellement ?

 

A ce stade, nous n’en sommes plus au niveau des pâquerettes, bien trop jolies, mais à celui du caniveau.

 

 Ca va être long.

Les commentaires

tournicotiton

Partout pareil… notre Premier qui se fait attaquer sur sa vie privée, sur son homosexualité… lamentable! Les limites sont repoussées de plus en plus loin…

Réponse
Juju

sans parler d’opinion politique, parce que ce n’est pas le sujet de ton article, je suis moi aussi assez atterrée parce qu’on entend de toutes parts. J’ai moi aussi un grand respect pour la fonction, tout comme on respecte un juge dans un tribunal, un doc dans son cabinet, tout le respect qu’on doit à la fonction de président a été oublié ces dernières années. Certains te diront que c’est de « sa » faute, moi je pense pas. Meme du coté des politiques, il n’y a plus ce respect. Les attaques sur la taille ou le mou du cou, ça commencent sérieux à me fatiguer (enfin, ça commence….. en vrai non, ça fait longtemps que ça e fatigue)

SI on devait élire une nana blondasse, 95D auxlongues jambes ou un mec aux tablettes de choco dur de partout et d’1m90… on serait bien aidé…

Réponse
Me, Myself and I

Mais comment respecter des gens qui ne nous respectent pas ?

Personnellement, je ne m’intéresse absolument pas à la politique (je ne suis même pas inscrite sur les listes électorales – haaaaaaaaaan pas bien, lapidez-moi sur la place publique), pour moi ils sont tous à mettre dans le même panier (ceux qui s’agitent dans les plus hautes sphères, il y a encore certains « petits » politiciens qui ont des valeurs, malheureusement trop peu et trop peu puissants pour être entendus), sans parler du fait qu’en 5 ans, comment veux-tu qu’ils puissent faire quelque chose de concret sur des sujets qui évoluent sur des dizaines d’années.
Aucune continuité dans les réformes, ou alors on lance le truc et celui qui passe derrière (souvent même pas 5 ans après, combien de remaniements ministériels en un quinquennat ?) modifie un détail, le suivant un autre, sans tenir compte de la globalité, pour qu’au final ce qui aurait pu être éventuellement une bonne chose finisse par être une aberration sans queue ni tête. Sans parler du fait qu’ils n’ont absolument aucune idée de la situation des « gens du peuple », ces masses grouillantes auxquelles on fait semblant de se frotter lors d’un bain de foule scénarisé, auxquelles on dit « oui, oui » d’un air pénétré en se disant qu’en fait on est bel et bien en train de les enc*ler.

Et si le fameux kärcher c’était dans les ministères et à l’Elysée qu’il fallait le passer ?

Réponse
O-M

Comment peut-on faire respecter les lois de la république, dès lors que les candidats à ce fauteuil tant convoité ne se respectent déjà pas entre eux…on nage dans l’amoral, on s’attend à entendre des propositions (même pas des remèdes les labos n’en fabriquent point pour ce genre de maladie), et on reçoit des révélations dont on se bat l’oeil.
@Me, Myself…. t’inquiète pas ça fait longtemps aussi que je ne vote plus, et depuis 2005,ne me suis jamais réinscrite sur les listes.
Un ami me disait hier : c’est le seul droit que tu as…celui de t’exprimer et il faut en profiter, mais j’ajoutais : également celui de me faire couillonner et ça j’aime moins !

Réponse
Mme Statler

Je suis assez d’accord avec Me Myself… le respect se mérite
et ce n’est pas en donnant du « casse toi pauv’con », et du « kärcher » qu’on devient une personne respectable. Lorsqu’on dit aimer le peuple français on n’a pas le droit de tenir ce genre de propos
tous n’ont pas de rolex, déjeunent dans de très beaux restaurants et pourtant tous méritent le respect en tant qu’individu

Réponse
Alorom

Dans des restaurants « populaires » Mme Statler!!:D
En fait ce qui est rageant, c’est que les politiques dés qu’ils ont un minimum de pouvoir peuvent s’autoriser n’imp!! Alors que toi pauvre quidam, amuse toi à balancer un  » casse toi pov con » à un type que tu n’as jamais vu même dans les chiottars du Fouquet’s, tu verras la mandale que tu vas prendre!!

Réponse
O-M

Mentalo, quand tu parles de grimper dans les sphères, je crois que certains n’ont jamais connu l’étage du dessous….quand tu vois l’air niais de sarko quand il visite « la France au travail » et ses réflexions à 2 balles :
ça marche bien hein ?.ça vous plait hein ?.
Ca marche pas pov’c… ça fonctionne et gagner une poignée de cerises, ça me colle des envies de meurtre !!!!!!!!!!!!

Réponse
Emmanuel

Et pourtant… « Le nain, qu’il dégage », c’est irrespectueux envers l’homme qui n’a pas demandé à être aussi petit et qui en a fait d’une certaine manière une force. C’est aussi irrespectueux envers la fonction, certes, mais c’est le reflet de quelque chose que j’entends toutes les semaines depuis 5 ans, et c’est aussi le rejet d’une attitude et d’une politique tout aussi violente contre la société française, et en particulier contre les plus démunis d’entre nous. La violence appelle la violence.

Réponse

Laisser un commentaire