L’art de la sieste

Je te réveille?

 

J’ai jamais été une siesteuse. Pas parce que l’envie me manquait. Plutôt le temps. Jeune maman, je préférais généralement profiter du temps de calme généreusement offert par la marmaille conciliante pour repeindre le plafond (véridique).  Parce que va repeindre un plafond avec un morpion de quelques mois dans les pattes, hein.

Puis, j’ai toujours mieux à faire que dormir.

Sauf quand la Sécu me dit que ça va bien une trentaine d’années, là, mais qu’il suffit, et me paie pour me reposer. Dingue. Fantasme pas, j’ai pas eu droit à un congé d’hibernation, mais à cinq jours de quille. (La Sécu est généreuse quand tu réponds à toutes ses questions par « grmblll fatiguée zzzz ».)

 

Du coup, fallait que je m’entraîne. Et au bout de cinq jours, j’avais mis une technique infaillible au point. Ce qui est ballot, vu que j’ai dû retourner travailler.

 

  • Exceptionnellement, fermer sa voiture devant la maison. Pour avoir la conscience tranquille.

 

  • Exceptionnellement, fermer la porte d’entrée. Pour éviter d’avoir la voisine qui rentre après avoir sonné sans obtenir de réponse, et déplace tes meubles pour attester de son passage. Effet de surprise garanti au réveil. Des fois que ses appels ne t’aient pas encore réveillée. (Toute ressemblance avec des faits ayant réellement eu lieu ce vendredi est purement volontaire.)

 

  • Programmer le réveil quinze minutes avant de devoir récupérer ta marmaille à l’école. Pour dormir sans crainte d’être dénoncée à la SPA.

 

  • Prévoir une marge large. J’ai besoin d’une heure, et pas des vingt minutes communément recommandées.

 

  • Débrancher le téléphone. Je sais pas faire. Enfin si mais j’oublie tout le temps de. Gros gros fail.

 

  • Choisir son heure, et s’y tenir de façon à créer un rythme, même si le sommeil ne vient pas immédiatement. Au besoin, lire ou twitter des conneries le temps que Morphée refasse une tournée. Et si on dort pas, c’est pas grave, on se sera au moins obligé à se poser.

 

  • Se mettre à l’aise, pour pas dire à poil, sous les plumes. Le Jules il fait la sieste trois fois par an, sur le bord du canapé, les chaussures aux pieds qui dépassent du bord. N’importe quoi.

 

  • Dé-cul-pa-bi-li-ser. Je crois que c’est le plus dur. Après tout, si la Sécu te paie pour ça, hein?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires

mamanbavarde

J’en rêve…mais j’avoue que j’ai du mal…et que je suis toujours dans le fail.Le telephone qui sonne. puis le portable. Puis le facteur…Un jour, je suivrai tes conseils, j’y arriverai!

Réponse
Blonde paresseuse

Aucune culpabilité. Je sieste allègrement depuis que j’ai 9 ans et que c’était obligatoire après l’école, à cause de la chaleur (sous les tropiques,oui, oui).

Rituel de week-end, crapuleuse (souvent) ou pas (moins souvent), récupération en 20 minutes, des fois un peu plus.

Moment de bonheur intense, à poil dans le lit. Le plus dur est d’en sortir…

Profite !

(Et sinon, tu baves aussi sur ton oreiller ? Parce que la bave à la sieste, c’est fréquent, mais un peu honteux, donc on en parle pas. A tort.)

Réponse
Mère Lacunaire

J’adore la sieste !! Même si parfois je la zappe au profit de l’écriture d’un billet, vu que c’est le seul moment où je n’ai pas les enfants dans les pattes. Mais un mercredi sans sieste est un mercredi raté ^^

Réponse
marie

hâte d’être le 2 mars pour pouvoir siester 11 mois aux frais de la sécu…. hummmm je me réjouis déjà 🙂

Réponse
marie

haem haem!!! on peut toujours rêver :))) allez, je suis sûre que le troiz’ est la perfection incarnée, non? 🙂

Réponse
bismarck

Ben moi, même sans être payée pour, je fais très bien la sieste, quand j’ai le temps. Je crois que c’est pour ça que je préfère avoir des après-midi libres plutôt que des matinées, dans mon emploi du temps: va donc faire la sieste un mardi matin!

Réponse

Laisser un commentaire