L’entorse

Je me la jouais mère parfaite hier soir. J’avais véhiculé la Collégienne à la ville voisine rien moins que quatre fois dans la journée, rempli le frigo, fait les devoirs avec le Moelleux, dont la table de 9, la maudite. J’avais douché les petits avant le retour du Jules, fait un gratin dauphinois qui avait trouvé amateurs affamés.

 

Je m’apprêtais donc, toujours en mode fucking perfect mother, à faire la vaisselle des casseroles, quand le tri sélectif eut ma peau. Saloperies d’écolos, va. (HO C’EST POUR RIRE HEIN). J’avais en main les bouteilles vides, reliefs du repas, à déposer dans le sac orange, celui qui n’a pas sa place dans la super poubelle offerte gracieusement par notre mairie, quand une marche que quelqu’un avait dû mettre là dans la journée eut raison de mon équilibre et de ma dignité de bipède évolué.

 

C’est que je jurai, c’est que je braillai, c’est que je pleurai, c’est que j’ameutai toute la maison, qui accourut à l’instant pour évaluer l’étendue des dégâts.

 

T’as vu un pince-oreilles? me demanda le Moelleux, inquiet.

 

Quatre paires d’yeux incrédules que je suppliai de m’enlever mes chaussures, bordel. Il ne fallut pas plus de dix minutes pour que je comprenne, à la couleur charmante que prit mon pied droit, qu’un petit tour aux urgences de Granville s’imposerait dans la soirée, le temps de coucher les enfants, et de me traîner à l’étage pour troquer mon pantalon contre une jupe (hors de question qu’on me découpe un pantalon de grossesse pour cause de plâtrage), et mon string contre une culotte (un jour lointain, j’ai raconté comment je m’étais retrouvée dans la salle d’attente de radiologie en string, mais je vais éviter de linker ce grand moment, ah merde, je l’ai fait).

 

C’est qu’on ne sait pas quoi inventer pour se faire une petite escapade en amoureux, le Jules et moi, tu vois. Bon, on vieillit, il ne m’a même pas fait le coup de la panne au milieu des bois. J’étais déçue, alors je soufflai comme si j’allais accoucher, juste pour lui faire peur. Ca a pas marché. Mais par contre du coup, j’avais moins mal.

 

Avec la jolie infirmière, nous rivalisions de paillettes sur nos Birkenstock, j’étais dans de bonnes mains. Le Dr Maison ne me diagnostiqua pas de lupus, mais fit l’hypothèse d’une belle entorse, évitant ainsi la radio en raison de ma grossesse, mais pas le pansement de contention, suivi des bas du même nom. Dans quelques jours, on saura s’il est fort en devinettes et si les ligaments, déchirés sur la même marche en 2003, ont résisté à ce nouvel atentat. Sinon, je serai bonne pour finir ma grossesse avec un plâtre. C’est vrai que sans ça, je trouvais la vie un poil monotone.

 

Je récupérai le Jules que j’avais abandonné dans la salle d’attente, où passait à la télé un programme passionnant abrutissant à base de types qui inventent le PQ de poche, et je démarrai l’entraînement pour les championnats du monde de cloche-pied et pour l’organisation de la vie de famille nombreuse à la cambrousse sans conduire. Sinon, je douille, mais dignement. Je compte les minutes qui me séparent de la péridurale du pied, juste.

 

C’est con, ma Birkenstock droite va avoir un déficit d’usure sur la gauche. Tu crois que je tente l’entorse à gauche?

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires

Cécile

hé!hé!hé ! je compatis à mort, dans la mesure où j’ai fait les 15 derniers jours de ma dernière grossesse (+ 24kgs au 8ème mois) avec des béquilles pour cause … d’entorse après une chute …
Pour la Birkenstock droite, laisse tomber l’entorse à gauche, gratte la un peu avec un canif, ça fera …

Réponse
Cambroussienne

Fichtre, une marche qui ne réapparaît que tous les 9 ans, elle est réellement maudite cette table de 9 !

Pssst, tu n’a pas dit si le Dr Maison boitait à cause de sa jambe droite ?

(je me prosterne à tes pieds pour des bisous-médecin, si tu veux bien)

Réponse
cerysette

ça c’est la loose internationale 🙁 Mille bisous de réconfort sur ton joli petit pied gonflé !!!!

Réponse
O-M

J’espère que ton bedon n’a pas souffert….mais quelle tuile ce double axel….. surtout ne fais pas comme moi, boulot oblige, qui s’est trimballée avec une entorse devant les fourneaux plusieurs jours, avant de déclarer forfait,.
Quelques 12 ans après, ma cheville reste fragilisée….
Courage mignonne !

Réponse
alorom

J’imagine…Toi, sur la table de travail avec ton bidon ET ton plâtre, une contraction velue, bam le pied qui ripe, avec un peu de chance tu dégommes ton obtétricien!!

Réponse
Mère Blabla

Ouch. Pas facile la fin de la grossesse… Tu réitères la fin de grossesse alitée alors? Et pour les birkenstock effectivement je ne vois pas vraiment de solution à part user artificiellement la droite!

Réponse
Bismarck

Merdum… Espérons que tu seras rétablie quand viendra le moment de pousser le petit quatrième dehors. Une maman de tout jeune bébé avec des béquilles, c’est juste pas possible.

Réponse
Fredauboulot

Juste un petit mot pour te souhaiter bon courage et je m’en vais cliquer…

Réponse
NiouzMum

Oh merde, Mentalo …
Ben alors c’est ton ventre proéminent qui t’a empêché de voir où tu mettais les pieds ?
J’espère que tu vas mieux (et que le bébé n’a pas été trop secoué …)
Du courage et des bises

Réponse
MrsB

Morbleu ! Ce n’est pas drôle mais j’ai ri pour le coup du string en dentelle noire.

Réponse

Laisser un commentaire