Le premier jour où… je suis allée dans la forêt

Vendredi dernier, en visite dans la famille, nous nous tirâmes de la torpeur postprandiale pour nous remplir les mirettes des Monts du Lyonnais et les poumons du vent d’automne. Les chiens couraient devant, rapportaient sans relâche les bâtons que les enfants leur lançaient. Les vaches nous regardaient avec l’air intelligent qui les caractérisent. Notre petite troupe prit le chemin de la forêt. Les couleurs chatoyantes des arbres, les feuilles qui tapissaient le sol et crépitaient sous nos pas, il n’en fallait pas plus pour me remémorer les balades en famille de mon enfance.

 

Le dimanche après-midi, chaussés de nos bottes et bien emmitouflés, nous grimpions dans la voiture familiale et mon père nous amenait au bord du bois. Du plus loin que je me souvienne, nous avions un chien pour nous accompagner, mais il n’était pas friand des lancers de bâton. L’automne, nous allions toujours au même endroit, sur le même chemin, et pour cause: c’était là que prospéraient les plus beaux châtaigniers  de la région. Chacun se mettait à l’ouvrage, ponctuant ses découvertes, de « aïe, ça piiiique! » sonores. Très vite, nos poches étaient remplies, et nous pensions alors à nous rouler dans les feuilles ou à faire des courses sur le chemin.

 

Nous rentrions quelques heures plus tard les joues rouges et affamés. Pendant que notre mère préparait des litres de chocolat chaud, mon frère aîné allumait un feu dans le jardin, pendant que les cadets enfilaient les châtaignes sur des piques à brochette. Bientôt, le parfum mi-calciné, mi-gourmand arrivait à nos narines, et nous nous régalions d’un goûter bien mérité.

 

Ce vendredi, pas de châtaignes sur notre chemin, mais on pouvait presque en sentir l’odeur roussie. Chacun y allait de son souvenir, du cornet brûlant de châtaignes sur le marché de Noël, à manger obligatoirement en amoureux (l’un qui tient le cornet, l’autre qui épluche en se brûlant les doigts), à la poêle spéciale dénichée sur une brocante et qui attend encore d’être inaugurée…

 

 

Chaque mercredi, la joyeuse troupe des premières fois composée de ZetteMHFCathyPapiluc, CambroussienneLilithJoufflettel’Herbe folleLaurentClem la matriochka, Cerysette des bois, Léia… se réunit pour disserter sur un sujet défini ensemble sur la page du groupe Facebook dédiée. Rejoins-nous!

Les commentaires

Cambroussienne

Mes parents les faisaient cuire à la vapeur et j’en avais horreur. Les odeurs de grillé m’évoquent plutôt les grands boulevards à Paris mais à vrai dire, je n’ai jamais tenté l’expérience.

Réponse

Laisser un commentaire