Fils de pub

La pub.

Laaaaa puuuub.

Univers à la fois fascinant et consternant. Note, de plus en plus consternant. Sauf avant et après les Grands Prix de Formule 1, là y a de la pub pour les mecs, les vrais, ceux qui aiment les bagnoles, le parfum et les geekeries. Sinon, coeur de cible la ménagère de moins de cinquante ans, entre lessives liquides et yaourts transit, c’est consternation à tous les étages. Ah, il est bien loin le temps du cultissime

Tu dépasses les bornes des limites, Maurice.

 

 

Tu pousses le bouchon un peu trop loin, Maurice.

(Love.)

 

Et Gotainer, il est passé où, hein? Que sont nos pubeux de génie devenus?

Aujourd’hui, on a Philippe et Mathilde de chez Leclerc. Je crois qu’ils ont leur tente plantée sur le parking, juste à côté de l’aubette pour les caddies, à force. Consternation puissance mille lorsque s’égara dans mon oreille gauche (la propre) la dernière aberration du moment, résumé:

 

-Gnanana, Philippe, ce week-end on n’a pas les enfants!

-Ah oui, Mathilde, c’est vrai, ils sont chez ta mère, que va-t-on bien pouvoir faire?

-On va aller faire les courses chez Leclerc!

 

(Apparté: depuis que j’ai commencé ce billet, j’ai Elmer Food Beat dans la tête, vite, un rite vaudou.)

 

Ami-parent, je sens bien que tu es aussi ahuri que moi. C’est que nous, on a bien quelques idées de ce qu’on ferait, si ce week-end on n’avait pas les enfants.

un petit frère (on a dit non!)

-une thalasso, un resto, une rando, un grand château (hips)

-rien

-une escapade à Barcelone

-un musée chiant avec personne pour te le faire remarquer, que c’est chiant

-un bain de deux heures avec un bon bouquin, si le Jules a peur des bulles

-un appel à une amie, avant 2015, avec gloussements et échanges de trucs illégaux pour faire dormir nos mioches

-des bulles et des mots avec des amis

-une grasse matinée de fou, jusque huit heures trente, à peu près

-un déjeuner en paix

-les plans de la nouvelle cuisine

-un plateau repas avec toasts et foie gras, qu’on mangerait avec les doigts

-une conversation sans êtres interrompus

 

Ce qui est sûr, c’est qu’on n’irait pas chez Leclerc. A la rigueur, Ikea… eh merde!

 

 

 

 

 

Les commentaires

chrisgab

la dernière fois qu’on n’avait pas les gnomes, je me suis réveillée à 8 heures… la looooooooooooooooooooooose! ch’uis dégoûtée…
Pour le reste, tout me plait dans tes différentes proposition, mais les courses, ça non alors!!!! (ou alors Ikea ouaip, Ikea, c’est pas des courses, qu’on se le dise!)

Réponse
MèreDe (@M3reDe)

En ce qui concerne les pubs, celles à la radio belge sont souvent hyper bien faites!! Et Ikéa, c’est pas des courses, non c’est aller bouffer au resto pas cher!!

Réponse
O-M

Ah ils sont de toutes les situations Philippe et Mathilde, la carte Fidélité doit exploser chez eux !
Pas besoin d’éloigner les gosses chez nous (ils sont partis avant de devenir Tanguy) et un dimanche à deux, c’est soit les mains dans le moteur pour lui, soit les mains dans la farine pour moi et d’un commun accord,(par le jeu du regard…) c’est les pieds sous la couette à partir de 14h…..après c’est très personnel ;-))

Réponse
Bismarck

Ikea, avec les enfants, c’est juste pas possible. Mais tellement mieux que Leclerc quand ils ne sont pas là!
Cette pub est véritablement consternante…

Réponse
Camille

Putain pareil pour Ikéa, toujours le petit papillons ridicule dans le ventre à l’idée d’aller m’acheter une nouvelle vie. Pour tout te dire je les envie un peu Philippe et Mathilde, parce que moi aussi j’aimerais bien que mon bonheur et l’épanouissement de mon couple dépende d’une réduction sur les dosettes Carte Noir en stick ou sur un nouvel arrivage de steacks bio.

Réponse

Laisser un commentaire