Lettre à Nelson

Cher Nelson Monfort,

 

Je ne regarde plus la télé depuis que j’ai compris, il y a une grosse dizaine d’années, qu’elle détruisait plus de neurones qu’elle n’en instruisait. Oh, je fais bien des trucs pas très malins non plus, hein, comme jouer à Ruzzle le soir au lieu d’avancer dans le dernier Yann Moix, mais que veux-tu, celui-ci se lit à dose homéopathique, et puis il est tellement gros qu’il me fait mal aux poignets, alors que mon pouce droit, lui, est en pleine forme.

 

Il m’arrive pourtant de temps en temps, en bonne sportive de canapé, de m’abandonner quelques minutes au spectacle enchanteur des patineuses défiant toutes les lois de la gravité, mon cul à moi bien moelleux sur les coussins alors que le leur a dû déjà connaître toutes les nuances de bleu du haut de leur jeunes années. Mon petit côté midinette, je suppose.

 

Nelson, j’ai rien contre les vieux, j’ai même en général une certaine tendresse pour eux. Peut-être d’ailleurs que tu n’as même pas l’âge de la retraite, avec toutes ces réformes, ça avance et ça recule, je ne suis plus depuis longtemps. Peut-être qu’on ne t’a trouvé aucun remplaçant qui maîtrise comme toi le Google Translate ? (si tu veux, France Télévisions, en tant qu’actionnaire principal, je peux te donner des noms de blogueuses mode, elles maîtrisent grave / they master chef).

 

C’est pas vraiment qu’on t’a trop vu, Nelson. Mais je t’ai trop entendu, ça oui.

Je regarde la télé quinze minutes tous les deux ans (avec la nage synchro aux JO d’été). Alors ne gâche pas, s’il te plaît.

 

Ferme la.

 

Que je puisse entendre la musique et le crissement des patins sur la glace.

Ou va commenter le curling. Des hommes qui passent le balai, c’est super, sociologiquement parlant.

 

Ta gueule, Nelson. Vraiment.

 

 

En te remerciant.

 

 

 000_DV1627484

 

 

 

Les commentaires

pomdepin

Je n’en reviens que Nelson soit tellement là. Ça va faire 18 ans que j’ai quitté la France et la seule chose qui n’a pas change, ce serait Nelson au patinage…

Réponse
Amy

Je n’en peux plus de ces commentateurs à la con, lui, les autres… lui particulièrement, peut-être, oui. Comme chez toi, la télé est rarement allumée ici.

Réponse
christine

Juste couper le son ou alors aller sur une chaine anglaise ou néerlandaise ..Nous parlons beaucoup moins 🙂

Réponse
lili13

Oui, tu as tout dit. Au secours. Tellement on n’entend même plus la musique avec tout ce qu’il débite. Il est payé au mot? Et je trouve que Candeloro s’est calmé avec ses pipi caca proute, ou je me trompe?

Réponse
Shaya

Je me félicite tellement d’avoir la chance de capter la tv suisse, bien plus reposante pour les événements sportifs que les français.

Réponse
Florence BatMax

Mon côté midinette a fini par se lasser des commentateurs pénibles. Je ne regarde plus le patinage, en partie par leur faute. Nelson c’est juste le … pire.

Réponse
Maman d'une pitchoune

« diabolique asiatique ».
Ca vous rappelle quelque chose ?
Ce commentaire hyper constructif de Nelson est un vrai mythe chez nous! Incroyable qu’on laisse parler des gens comme à la télé publique.

Réponse
lechatrose

Je ne regarde pas le patinage artistique, ça m’ennuie. Par contre, j’adore Nelson Monfort. J’ai regardé le patinage de vitesse et s’il n’avait pas commenté ce sport, j’aurais zappé. J’ai au contraire trouvé qu’il était drôle, c’est un personnage à part entière, il est passionné et j’avais presque honte de devoir éteindre la télé. Je pense au contraire que sans lui, certains sports seraient tristes à regarder. Surtout ceux sans musique. Du coup je peux comprendre que tu préfères entendre la musique que ses commentaires ! Je crois que pour des sports chorégraphiques il faut en effet laisser la place à la musique qui compte pour beaucoup dans la prestation. Mais il faut lui laisser au moins les sports type curling ou patinage de vitesse… 🙂

Réponse
Melgane

Le coup du Google Translate c’est un peu dur, il n’a peut-être pas un accent parfait mais il parle bien, sinon il ne serait pas là je pense.

Réponse

Laisser un commentaire