Fleur bleue

J’écoute la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorjak hier soir et je suis dans les plaines herbeuses, chevauchant des jours derrière un troupeau à mener, le linge froissé capitulant sous mon fer sans même y penser pour rejoindre les paniers alignés.

Il a encore plu une bonne partie du week-end et nous avons guetté un rayon de soleil pour sortir, la petite dans mon dos, les autres dans leurs bottes, leurs bottes dans la gadoue des fossés, le bonheur est décidément dans les prés.

Ma mère fait le printemps aussi sûrement qu’une hirondelle, « la vie est belle » m’a-t-elle dit en me racontant son fou-rire nocturne, et les grues qui reprennent bruyamment la direction du nord ne la font pas mentir.

Nous sommes comme sonnés, les vacances sont là et nous n’avons rien vu arriver. La vie soudain ralentit et se fait plus douce, comme mes pointes de pieds sur le carrelage pour ne pas les réveiller en partant travailler ce matin.

Il fait gris, si gris encore et pourtant la Pili-Pili m’a cueilli ces minuscules fleurs bleues que je n’avais même pas remarquées. Est-ce parce que ses yeux sont plus près du sol ou parce que son âme d’enfant est restée plus près de la beauté?

 

fleursbleues

Les commentaires

fabiennelepicdelaglaviouse

Ma grand-mère les appelait des véroniques, c’était les premières du printemps avec les crocus. Je trouvais très chic de se prénommer Véronique ! Ici c’est la fin des vacances.

Réponse
christine

parfois c’est dangereux de voir la vie à ce niveau ,Aya s’est précipitée pour traverser la route car elle avait aussi vu des fleurs et Dieu merci la voiture a freiné très fort..J’ai eu si peur

Réponse

Laisser un commentaire