Le silence a remplacé ton rire

Personne pour me piquer la place devant le miroir de la salle de bains le matin. Personne pour me faire la conversation de sous la douche le soir, pendant que je me brosse les dents.

Pas un cahier de liaison à signer à la dernière minute, un chèque à faire. Pas un bus attrapé de justesse, la tartine dans la main, le verre de jus de pomme à moitié plein resté sur la table.

Pas de panier à linge qui déborde, de chaussures dans lesquelles shooter quand je m’aventure dans ta chambre. Je n’y vais plus, ça fait quatre jours maintenant que la fenêtre est ouverte, et j’ai arrosé ta plante lundi.

Personne pour entraîner le lapin à donner la patte, je crains qu’il n’ait oublié les bonnes manières: le soir il tape, il t’appelle.

Personne sur qui bouillir intérieurement, et finir parfois par exploser – les gonds de la porte de ta chambre m’en sont reconnaissants.

Pas de trucs, de machins et de bricoles qui traînent, les traces de ton passage doucement s’estompent, au gré de mes rangements – tu vois, pour une fois, je range plus vite que tu ne déranges.

Le silence a remplacé ton rire, les plans sur la comète que tu tires, tes projets fous, tes rêves, ton portable qui vibre, ton vernis qui s’écaille et ça m’énerve, ta délicatesse d’éléphant quand tu t’effondres dans le canapé, ta discrétion quand tu dévales l’escalier, tes absences et ton odeur de crottin quand tu réapparais.

Ce n’est qu’une semaine mais ça y est, je sens bien que tu ne nous appartiens plus vraiment, que ce n’est que le début. Tu t’envoles. L’Angleterre rend joyeux, joyeux et libre, m’as tu dit, et je sais que tu dis vrai. En franchissant la Manche, tu as tourné le dos à l’enfance, définitivement, quoi qu’en disent les langues que tu me tires sur les selfies que tu m’envoies.

C’est cool pour la salle de bains pour moi toute seule, mais c’est sacrément moins fun.

Reviens. Encore un peu. Un tout petit peu.

 

London Louise ♥

 

Les commentaires

La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Tu sais quoi? Elle rentre demain à 5h du matin. Du coup, tu vois, je suis pas tellement pressée de me lever pour aller la chercher 🙂

Réponse
Amy

Elle rit encore, où elle est, mais je suis sûre que ça doit lui manquer un peu aussi.:)

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Elle a l’air de beaucoup s’amuser en tout cas.

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

J’ai pris le parti d’être heureuse pour elle, comme ça je n’ai pas le cafard 😉

Réponse
Isa

Survolé, pas pu lire… ça fait mal hein? On s’imagine cool, ouverte, prête et puis un beau jour ta fille de 20 ans s’envole pour aller passer 6 mois en Amérique du Sud. C’est là que la mère primitive en toi s’éveille et hurle, sensation qu’on t’as arraché les tripes et saupoudré le reste avec du gros sel…
Elle est partie fin mars, j’ai des nouvelles de temps en temps au gré des connexions internet…
Je n’aurais pas imaginé que ça puisse être si difficile…

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

ce qui m’impressionne surtout, c’est le vide que ça laisse!

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Etonnant mais vrai! On pourrait croire qu’on ne voit pas la différence dans les familles nombreuses, c’est archi faux!

Réponse
petiteyaye

Et dire que je n’ai pas compris les larmes de ma maman quand j’ai quitté la maison… Un jour ce sera mon tour !

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Je crois que quand un enfant quitte la maison pour de bon, on se retrouve face à son propre âge, sa propre vie, trajectoire, et que forcément, ça remue.

Réponse
Bismarck

Bon, j’arrive après son retour.
Je vois bien, quand j’emmène des élèves en voyage, combien la séparation peut être difficile; mais elle fait du bien a tout le monde: les enfants grandissent, et les parents soupirent (devant le calme, et de tristesse, aussi).

Réponse

Laisser un commentaire