Au dedans les vagues sur les rochers par grand vent

 

IMG_8137

 

Il aura fallu quatre jours pour que les digues lâchent. Si tant de beauté m’a happée dès les premières heures, si la générosité de mon hôte m’inondait, mon cœur restait sec, verrouillés mes sentiments à l’intérieur. Il m’a fallu me faire mal, courir à m’en brûler les poumons, marcher à m’en anesthésier les jambes pour qu’enfin les émotions enfouies au fond de moi débordent à nouveau.

 

Cette fois la mer n’a pas suffi, il y avait trop, trop longtemps, trop lourd, trop tu. Il a fallu la pierre, la montagne, la douleur. Le bleu turquoise tout en bas. La pierre chauffée au soleil sur laquelle je me suis assise comme sûrement tant d’autres avant moi, le soleil qui brûle les épaules, l’odeur d’immortelle qui me ravit, les buissons qui me griffent les jambes, les lézards qui filent sous mes pas. La nature sauvage et pure encore.

 

Alors seulement j’ai ôté les couches d’indifférence et laissé la vie prendre toute sa place. Mis mon cœur à nu et accepté la noirceur pour mieux la laver de l’eau salée de mes larmes, laissant des sillons dans la sueur et la poussière de mes joues. Déposé les armes à mes pieds sur le sable. Fait la paix avec moi-même, et le chemin à l’envers. Pris le temps d’écouter la vie qui roule et gronde au dedans comme les vagues sur les rochers par grand vent.

 

Les larmes ont jailli alors de gratitude et de joie, trop-plein de mon coeur,  pour ce que la vie me permet d’expérience à engranger. Là en bas, tout engoncée dans mon quotidien qui court, il m’arrive d’oublier ma chance de nantie. Le sel et l’eau pour mettre mon âme à nu, vierge à nouveau, j’ai quitté le Sentier des Douaniers pour renaître au monde.

 

IMG_8228 IMG_8259

 

 

IMG_8253

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires

La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Je te laisse la place, Selky. (J’en ai ramené un morceau pour les jours lourds.)

Réponse
binette0851

Ce texte effectivement arrive à brûle pourpoint …j’aurai bien besoin de poser le tout aussi

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Va voir la mer, Binette. Hors saison, c’est encore mieux. Ou la nuit.

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Merci Onali, tu sais que c’est ce que je préfère, toucher les gens (virtuellement).

Réponse
filledesbrumes

Toujours à travers tes mots ton humilité me touche. Elle te rend forte parce que tu reconnais tes faiblesses. Tes textes c’est de la poésie, ou la vérité toute nue. Ou les deux. En tout cas, tu ne passes pas à côté de la vie c’est sûr. Enfin… ce n’est que mon avis … (sourire).

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Accepter ses faiblesses est le meilleur moyen de les dépasser, je crois. C’est un travail quotidien, et pourtant, c’est tellement délicieux de se dire qu’on est imparfait et que rien n’est grave.

Réponse
Maud

C’est difficile de te laisser une trace de nous tellement tes mots sont touchants, vrais, à la fois tellement pudiques et d’une si grande impudeur… J’ai bien aimé ce que dit fillesdesbrumes « de la poésie ou la vérité toute nue… Ou les deux » c’est tellement ça… Merci…

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Merci à toi, Maud. Je suis contente de savoir que mes mots vous parlent, mais consciente aussi qu’il n’y a souvent rien à dire après ça tu sais 😉
Ah la question de la pudeur/impudeur… vaste débat qui dépend, je pense, de la façon dont on dit les choses.

Réponse

Laisser un commentaire