Lune

Elle était là, immense et si proche. Ronde, obèse. D’un beau jaune orangé dans la nuit qui n’en finit pas de s’étirer, elle se cachait soudain derrière une colline, une forêt, changeant de côté. Impossible à capturer. Le soir venu, elle était revenue, légèrement voilée, les contours vaguement flous. Avec les enfants, nous sommes restés un moment sur la terrasse à l’observer, malgré le froid piquant, avant de rentrer. Tout le monde en parlait, à la radio, dans les journaux.

La lune, astre obscène, éclaire la scène

On lui prête les légendes les plus folles, elle fait monter les eaux et ferait naître les enfants, changerait les chiens en loups et les hommes en assassins. Et pourtant, d’un bout à l’autre de la planète, hier soir, nous avions le nez en l’air. Etrange lien qui nous lie depuis des millénaires, dernière constante de nos vies qui tanguent, chaque soir au rendez-vous. N’est-ce pas là le secret de cette fascination partagée?

On nous dit que c’est une question de perspective. On nous dit qu’elle sera là demain à nouveau, et qu’une dizaine de kilomètres sur un total de trois cent cinquante mille ne fera aucune différence. Moi j’aime penser qu’hier soir, l’humanité entière communiait – on enviait ceux dont la vue était plus belle, on criait vaguement à la blague,  après tout, nous ne changerons jamais. Ca tombe bien, la lune non plus. La lune s’en fout, la lune n’appartient à personne. Nul ne peut en revendiquer la création, ni la découverte. Elle est là, astre immuable, insaisissable.  L’essentiel n’est-il pas que pour une fois, nous prenions quelques instants pour regarder tous ensemble dans la même direction?

 

Les commentaires

eva and family

Joli billet. Je l’ai vue très tard dans la nuit, une fois les nuages dissipés, mais elle ne m’a pas semblé plus grande que d’ordinaire, ou alors c’était une heure trop tardive ? Quoi qu’il en soit, elle était magnifique, très scintillante. J’aime la regarder chaque fois qu’elle paraît dans le ciel. Bonne soirée !

Réponse
Pierre

J’ai aimé la regarder longuement ce jour là avec mes enfants en rentrant de l’école, prenant le temps d’expliquer, sans prétendre la photographier, pour garder ce souvenir partagé dans nos mémoires et nul part ailleurs.

Réponse

Laisser un commentaire