Catégorie : La première gorgée

Le premier jour où… je suis allée dans la forêt

Vendredi dernier, en visite dans la famille, nous nous tirâmes de la torpeur postprandiale pour nous remplir les mirettes des Monts du Lyonnais et les poumons du vent d’automne. Les chiens couraient devant, rapportaient sans relâche les bâtons que les enfants leur lançaient. Les vaches nous regardaient avec l’air intelligent qui les caractérisent. Notre petite… Lire la suite »

Le premier jour où… j’ai fait un truc d’adulte

Un jour j’eus dix-huit ans et je choisis ma voie, mes études. Un jour j’eus vingt ans et je décidai de poursuivre ses études par delà la frontière, loin de chez moi. Un jour j’eus vingt-trois ans et, thèse en poche, amoureux au bras, je quittai définitivement le foyer familial et commençai à travailler à… Lire la suite »

Le premier jour où… j’ai touché la musique du bout des doigts

Je ne devais pas avoir beaucoup plus de cinq ans, quand, en visite chez des amis de mes parents, le fils de ceux-ci fit soudain résonner la maison de notes enchanteresses. Béate d’admiration, j’accourus et découvris alors dans ses mains un long instrument d’argent qu’il tenait sur le côté et que l’on me présenta comme… Lire la suite »

Le premier jour où… j’ai déménagé

Quand je suis née, mes parents habitaient depuis trois ans la maison qu’ils habitent encore aujourd’hui. Tout autour d’eux a changé: les façades, les jardins, et surtout la plupart des voisins, le plus souvent partis les deux pieds devant. Ils sont aujourd’hui presque les derniers des Mohicans. Dans la famille, on n’a pas vraiment la… Lire la suite »

Le premier jour où… je suis partie en vacances

Quand mon père avait encore les cheveux noirs et ma mère les trésors de patience requis à l’organisation d’ateliers créatifs, ça ne date pas d’hier, donc, ils passaient toutes leurs vacances de jeunes enseignants en Suisse, où ils animaient des colonies de vacances. D’abord, à deux, puis, progressivement flanqués de leur joyeuse progéniture. C’est ainsi… Lire la suite »