Etre une femme, ou une fille?

Hier soir dans ma salle de bains, alors que j’arrachais (cou)rageusement les bandes de cire visant à me faire la gambette, l’aisselle et le maillot lisses comme un cul de bébé ( = comprendre vacances J-8, encore mieux que Maurice, t’imagines même pas ce que je fomente en douce, mais je te le dis pas tout de suite tellement tu vas être verte et que tu vas vouloir venir avec, eh eh, c’est no way), je me dis, dans un grand moment de solitude douloureuse philosophie donc j’ai le secret dans les moments les plus incongrus :

 

 Quelle perte d’énergie pour mon corps déjà fourbu, cette pousse effrénée de poils ! 

 

Oui, j’ai le n’importe quoi facile dans la douleur. Je te dis même pas les horreurs que j’ai prononcées en accouchant, dans le même registre.

 

J’ajoutai, pour faire bonne mesure:

 

 Nous les filles, on a quand même pas de bol. 

 

Et c’est là que je pris la savonnette sur le coin de la figure, et que je me mis à réfléchir pour de vrai, histoire de passer le temps et surtout de penser à autre chose que aïe, ouche.

 

Pourquoi, à euh, disons 25 ans depuis un (long) moment, je parle toujours de moi comme d’une « fille », et non d’une « femme » ?

 

Est-ce que dire qu’on se sent plus fille que femme renvoie à l’enfance ou au refus de grandir ? Je parle de mes filles, mais dans ma tête, ce sont des petites filles. Et en même temps, je suis solidaire, j’aime partager des moments entre filles avec elles.

 

Est-ce qu’on est devient une femme le jour où on a ses règles, le jour où on jette son soutif derrière une botte de foin ou qu’on se fait culbuter sur la banquette arrière d’une voiture ?

 

Les femmes, quand j’étais petite, c’était celles qui mettaient du rouge à lèvres. Comprendre, qui assumaient leur féminité. Bon, je mets toujours pas de rouge à lèvres (j’embrasse qui je veux, je veux), mais j’assume ma féminité à grands coups de talons hauts et de vernis Chanel.

 

Les femmes, c’étaient les copines de ma mère. Qui avaient donc la quarantaine. La soixantaine bien entamée aujourd’hui. Ah, y a de la piste, là.

Les femmes c’étaient les profs du lycée. En calculant bien, je dois avoir largement leur âge aujourd’hui. Oups.

 

Les femmes, seraient-ce celles qui mettent des collants sous leurs jupes d’été ? Qui portent des tailleurs et des escarpins ? Qui se remaquillent douze fois dans la journée? Alors sans doute que je n’en suis pas.

 

Hier soir, j’avais tout épilé, j’étais lisse comme le crâne de Harry R., et je n’étais toujours pas plus avancée.

 

 

 

 

Les commentaires

sabine

– y’a pas mieux que Maurice 😉
-moi aussi je suis encore une fille et tjs pas de talon, ni vernis, ni rouge à lèvres..
-je sais où tu vas ds une semaine, t’as qd même laissé pas mal d’indices 🙂

Réponse
Cécile

je dirais pour moi que cela dépend des jours, quand j’ai mes règles, quand mon homme me regarde et quand mes enfants m’appellent maman, je me sens femme mais le reste du temps, je me sens fille surtout quand je suis chez l’esthéticienne, ou avec mes amies. Pour conclure, voilà, j’ai trouvé, à 40 ans maintenant, je dirais de moi que je suis féminine.

Réponse
MissBrownie

Bientôt 31 ans et je ne me sens toujours pas femme 😉
Comme toi, 3 fois maman et pourtant je me sens toujours comme la fille de en premier lieu …

Réponse
bbflo

Toujours l’impression, lorsqu’on me dit « madame », qu’il s’agit d’une autre personne. Je ne trouve pas ça très confortable, en fait, et je me suis déjà posé la question de savoir pourquoi je ne me sens pas « grande » (la première qui dit « vieille », je lui en colle une). Mais lorsque je me pose la question, comme là, à l’instant, ça me met mal à l’aise. Alors je zappe, en grande praticante de la politique de l’autruche.
Vive les vacances !

Réponse
Cécile

Pareil pour moi, le « Madame » a du mal à passer …
tout comme BBflo, j’ai l’impression qu’on s’adresse à quelqu’un d’autre …

Réponse
Kat - Boitatrucs

Ah ben y’a pas qu’à moi que ça fait bizarre 🙂
Je ne me pense jamais femme non plus, et pourtant, dans les « standards », j’en suis une, bientôt 3 enfants, bientôt 28 ans…
A la rigueur, jeune femme, passe encore, mais faut que je me fasse violence 😀
Et quand tu retrouves des connaissances qui te disent « tu n’as pas changé », tu penses quoi ? Que tu as tjs ta tête de gamine ? Que tu « vieillis » bien parce qu’on te reconnaît ? 🙂
Les talons, un peu, le rouge à lèvres, quand j’y pense, le remaquillage 12 fois dans la journée, non, le vernis, trop pénible avec le nb de lavages de mains/travaux divers et variés 😉 (je veux dire trop pénible de le garder nickel ;))

Bravo pour l’épilation, moi je ne le fais plus toute seule 😉 Esthéticienne direct, surtout pour le maillot… Pas le courage de tirer sur la bande de cire 😛

Réponse
Tayiam

Je me suis toujours dit : je serai une femme quand j’aurai mes règles. (Enfin, je pensais ça quand j’étais gamine, vous l’aurez compris). J’ai eu mes règles, je ne me suis pas sentie femme. (Bon, en même temps, j’étais ado, donc voilà quoi).

Alors, je me suis dit que ce serait lorsque j’embrasserais un garçon pour la première fois. Mais, une fois la chose faite, je ne me suis pas sentie plus femme.

Mes certitudes ne se sont pas ébranlées, je me suis juste dit que ce serait, en fait, une fois que j’aurais couché avec un garçon : à nouveau, mouais, bof, je me sens toujours fille, quoi.

Ou que ce serait lorsque je vivrais seule, sans mes parents ou lorsque j’aurais mon diplôme et mon premier emploi. Deux ans que je travaille et que je vis dans mon appartement et que je ne me sens pas plus femme.

Maintenant, je SAIS : je serai femme lorsque je serai maman !

(Ou bien, je ne serai jamais femme, aussi. C’est pas comme si c’était nécessaire, si ? :-p).

Réponse
Mary

Dans chaque femme il y a une petite fille non?
je crois qu’on est femme dans le regard des autres. Genre quand l’autre niais boutonneux m’a dit bonjour madame, je ne me suis pas senti femme juste très vieille mais je supose que dans son regard j’étais femme (et vieille par la même occasion).

Réponse
O-M

Je pense qu’on se sent « femme » dans le regard de « l’homme »…du sien ou des autres !

Moi c’est ce truc-là que je n’arrive pas à piger :
une femme – un homme (pour le genre)
ma femme-mon mari (pour l’officiel)
le mec a un tas de nom et nous c’est toujours, :
femmes, femmes, femmes
ben puisque j’y suis, après tout fait nous yop-la-boum !

Réponse
La Mère Joie

Moi j’aime bien dire le mot fille comme le mot gonzesse mais je me sens profondément femme. Et je crois particulièrement depuis quelques temps.
Oui, tu vas où ? Arrête de nous faire des cachotteries !

Réponse
La Grande Blonde

29 ans, presque toutes mes dents, pas encore d’enfants… De quoi me sentir bien plus fille que femme. Meme si chez moi, la question se pose plutot en terme d’age : vers 15 ans, je pensais me sentir « grande » a 18 ans. Un peu plus tard, a 20 ans. Et puis les 25 ans sont arrives, les 30 approchent et je ne me sens toujours pas vraiment « dans mon age ». Je suis tres heureuse, epanouie, le probleme n’est pas la : dans mon imagination, les trentenaires sont installes, reflechis. Serieux, quoi. Comme l’etaient les grands de 18 ans quand j’en avais 15, etc. Et je ne me vois pas installee ou reflechie… Je crois meme que je ne me suis jamais vue ainsi mais toujours un peu gamine. Pas fille, non, gamine.
Au moins, je sais a quoi reflechir lors de ma prochaine epilation ! Merci pour le sujet de philo pileuse !
Et bonnes vacances !

Réponse
Me, Myself and I

Moi je suis femme quand je me sape, et fille le reste du temps. Parce que je ne veux pas vieillir et parce que je craque toujours autant sur les trucs de mômes…

PS : comment ça tu t’es fait culbuter à l’arrière d’une voiture ? Hmph, petite gourgandine va !

Réponse
Xtinette

Je me sens plus fille que femme mais comme on me donne fréquemment 10 ans de moins que mon âge…ceci explique cela…

Réponse
MrsB

Je ne me sens plus femme et encore moins fille, je suis transparente car plus désirable par la très grande majorité des hommes de moins de 50 ans, et du coup je me sens liiiiiibre comme je ne l’ai jamais été.
Ce fut long et pénible mais finalement je suis arrivée à bon port. Quel bonheur, quelle clarté de l’esprit, quel luxe voluptueux, quel calme intérieur, qu’être soi-même sans chercher à se définir (y compris dans la jeunesse et ses séduisants possibles).
Finalement, savez-vous ce que je me dis : beaucoup de bruit pour pas grand chose. 😉

Et tu vas chez Madame Joie en visite …hahaha…tu as bien de la chance, profitez-en…:)

Réponse
MrsB

Ah ? A cinquante piges c’est plutôt les hommes qui se cassent pour une fille de quinze ans de moins et parfois c’est une excellente chose et parfois c’est la chose la plus triste qui soit. J’ai beaucoup d’amies à qui c’est arrivé ou à qui ça arrive en ce moment et qui n’ont rien vu venir.
Vous rigolez (et vous avez bien raison ) armées de vos trente et quelques balais mais l’angoisse viendra, vous verrez et c’est difficile de franchir ce cap.

Réponse
MrsB

Mon amoureux n’a que dix mois de plus que moi, on s’est rencontré sur les bancs durs de la fac de la bonne ville…donc je suis la prochaine sur la liste des femmes abandonnées . 😉

Réponse
MrsB

Ah les filles remuent les mamans c’est sur et certain.
Mais à votre âge on est en pleine beauté c’est le plus bel âge d’une femme, on récupère encore relativement vite. (Si LMJ même avec un ‘tit Poilu, il finira par dormir ;))
Moi, après l’hiver que j’ai passé tout le monde me dit tu es malade ? (trad: t’as pris dix ans dans la tronche) Non j’ai juste passé un sale hiver soucieux qui m’a usée.
C’est après que c’est ouragan sur la gaine et oh et puis bah beuh on se secoue et on oublie pour se concentrer sur l’essentiel : le mouvement perpétuel du Monde. 🙂

Allez belle soirée 🙂

Réponse
MrsB

Oui, sous le bon éclairage, mais pas blafards au petit matin, les hommes ne vieillissent pas mieux ils ont juste peur de ne plus bander c’est ce qui les rend séduisants. Des enfants. Non ?

Disons que la sérénité vient quand tu n’es plus dupe de ce manège et même pire quand il te fait rire tellement c’est ridicule.

Réponse
MrsB

Ma réponse vient d’être avalée toute crue par la machine.
Je disais en gros que ce n’est pas si triste que ça d’être un obscur objet de désir et de s’y trouver femme, c’est si bon…mais qu’on soit un peu connes à y consacrer autant de temps dans les salles de bains et autres lieux de paraitre surement si un peu…on s’en défend mais on joue le jeu de se faire désirer.
D’ailleurs quand un homme parle d’une femme c’est tout de suite plus trouble et mystérieux s’il dit en ce moment je vois une femme que quand il dit j’ai rencontré une fille…

Réponse
Maaag

Je me fais la même réflexion que vous toutes : je me sens femme mais je me dis fille. Dans mon cas c’est parce que le mot « femme » incarne pas mal de choses assez pesantes : je ne suis jamais assez parfaitement coiffée/ maquillée/ habillée/ chaussée/ d’humeur etc pour dire à voix haute que je suis une femme en l’assumant par contre je dis sans problème que je suis une fille et que je suis féminine parce que ça n’implique pas les mêmes choses. Bonne journée les… meufs ! 😉

Réponse
MrsB

Yep, on se sent fille avec les amies et les copines et avec ses parents aussi bien entendu mais pas toujours, mais on se sent femme quand il y a un mec qui vous regarde avec ce sombre regard du désir et paf…et pif…et pouffes nous sommes de jouer le jeu du tralala, mais c’est si bon n’est ce pas ? 😉

Réponse
cleopat

Comme je suis mariée depuis l âge de 17 ans, on me disait « madame » alors que j étais encore une « fille »et pas encore vraiment femme !
mais pas mal d années plus tard,vu mon certain âge, si on me qualifiait de « fille », ce serait avec le qualificatif de vieille devant ! bouh!!

Réponse
Raquel

Je me sens parfaitement femme et parfaitement fille sans avoir l’impression que l’un empêche l’autre en fait. Je suis femme et non plus enfant, je suis fille et non pas garçon.

Et j’aime autant être l’un que l’autre !

Réponse
La Journaliste IT Pink & Green

Je dis « soirée entre filles » parce que c’est une expression au même titre que « soirée entre mecs » plutôt que de dire hommes. Mais je me sens femme. Pleinement. Et ça n’a strictement rien à voir avec le vernis que j’applique religieusement, ni mes talons, ni mes mini-jupes, ni même la maternité. Je crois que c’est tout simplement parce que mon homme m’aime comme une femme. Une vraie.

Réponse
as de trêfle

Fille quand je glousse comme un dinde avec les copines, ou quand je fais oeillades à Maurice.
Femme quand je me déshabille devant Maurice, femme quand j’affronte la vie, ses bourrasques et ses tempêtes.

En tout cas, avec ou sans Maurice, j’aimerais bien partir là où tu pars!

Réponse
Une Mère Ordinaire

Je me souvent posée la même question! Depuis que je suis Mère je me demande pourquoi je ne me sens davantage FEMME qu’avant… Il y a toujours cette même part de gamine en moi, je me sens toujours à part lorsque je suis mélangée avec les autres « adultes » à la sortie de la garderie. Je vois mes copines qui sont alles aussi MAMANS et je ne les trouve pas différentes d’avant… La prochaine étape sera quand je serai GRAND-MÈRE, peut-être que là je me sentirai différente, ou pas!

Réponse
poumpoumpidou

Je me sens clairement fille, voire fiiiiiiiiiiiiiiiille ! Femme pour moi c’est les grandes dames chics avec du vernis rouge, des talons, des grosses lunettes de soleil… Avec mon vernis rose, mes bensimon et mes lunettes à fleurs j’y suis pas encore 🙂

Réponse
Bismarck

Est-ce que la fille, ce n’est pas le côté un peu frivole et insouciant, alors que la femme est plus sérieuse et assurée?
C’est bon d’être un peu les deux…

Réponse
Begonia

Fille, garçon – Femme, homme – Mesdames, Messieurs : j’emploie ces mots différemment pas en fonction de mes interlocuteurs (ou trices), mais en fonction de ce que j’ai à leur dire.

« Dites les filles », « Dites les garçons » : un message pas sérieux ou sérieux mais que je voudrais faire passer avec humour.

« Dites Mesdames, Dites Messieurs » : je veux capter l’attention et faire passer un message professionnel…

Et ça, sans distinction d’âge…

Réponse
katou

hihi super article!! moi je suis une fille (24ans deja snif) et maman!! je ne me vois absolument pas « femme »… mais ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule….

Reste a savoir si nos mères/grands meres se sentent filles elles aussi, où si elles ont passé « le cap »!!

Réponse

Laisser un commentaire