L’autre fille

Sur la photo, je souris. J’ai les cheveux très longs, et lisses. Je porte un jeans moulant, un T-shirt blanc, des Converse que je porte comme toujours pieds nus et qui font puer des pieds. C’est l’été, on aperçoit le jardin de la résidence étudiante par la fenêtre de ma chambre du premier étage. J’ai vingt-deux ans. Dans mes yeux, l’insouciance. J’ai passé une année de liberté et de livres, de sorties et de travaux à rendre au petit matin, de rencontres et d’expériences. Dans un an, tout cela sera fini. Je serai rentrée au pays, rentrée dans le rang.

Longtemps je me suis imaginé que je ressemblais à cette photo, que c’était l’image que les autres avaient de moi. Ça m’arrangeait bien. Combien de temps ai-je souri comme sur cette photo ? Combien de temps l’insouciance encore ?

J’ai repensé à cette photo il y a quelques jours, avec une certaine tendresse. J’ai souri. Je ne suis plus cette jeune fille sur le fil ténu qui sépare l’adolescence de la vie adulte. Depuis quand ai-je basculé de l’autre côté? Sur cette photo, ce n’est plus moi. C’est une autre fille, qui ne sait rien encore de la suite, qui ne connaît pas le mot resposabilités. Ce n’est plus moi, c’est une autre fille, dans une autre vie.

Aujourd’hui mes hanches se sont un peu arrondies, mes yeux cernés, mes traits durcis, j’ai les cheveux plus courts. Voilà pour la photo. A l’intérieur, j’ai arrondi quelques angles, j’ai changé de colères, je me suis adoucie, j’ai appris à entendre d’autres voix que la mienne, j’ai choisi d’être heureuse plutôt que d’avoir raison.

J’ai enfin accepté de vieillir, je crois. Il était temps.

 

tumblr_n7shxkABkl1tqa2zlo1_500

 

 

 

 

Les commentaires

Paf ! le P.A.F

Nous changeons tellement imperceptiblement, tellement lentement, comme le lit d’une rivière. Impossible d’un jour sur l’autre de dire ce qui a changé. Je ne me souviens pas de l’apparition de mes premières rides. Ce qui est sûr, c’est que le temps passe de plus en plus vite. Chaque année me semble plus courte que la précédente.

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Les rides prennent bien soin d’arriver sournoisement, c’est vrai.
Est-ce que les années d’enfance paraissent interminables, comme les longs mois à attendre entre deux anniversaires, alors que les nôtres se succèdent bien trop vite à notre goût?

Réponse
CaroSelky

Quelle belle photo (et quels beaux cheveux punaise !!!). Insouciance jeunesse… Pareil pour moi, parfois je me surprends entrain de penser « mais punaise oui chui maman! Moi. Maman. Mes enfants… » Tout prend une autre dimension. Mais j’aime bien regarder les photos d' »avant »…

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

C’est pas moi sur la photo, ce n’est même pas moi qui l’ai prise (clique dessus) ;-).

Réponse
Crevette d'ODouce

Effectivement le plus important n’est pas d’avoir raison :-).
Bon sang que le temps passe vite.
Ce même temps qu’il y a quelques années nous aurions voulu plus rapide.
Se sentir vieillir et l’accepter est difficile, il y a tellement de choses que l’on fait différemment.
Cet apprentissage de tous les jours est enrichissant.

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Oh oui. Au lieu de vieillir, j’aurais peut-être dû écrire mûrir. Ou engranger des expériences.

Réponse
petiteyaye

Récemment un ami a posté sur facebook une photos de moi qui date de 12 ans en arrière. J’ai trouvé que dehors je n’avais pas changé (ou si peu) et puis j’ai fait le chemin intérieur, revu tout ce qui s’est passé en 12 ans et oui, j’ai changé de (certaines) colères, appris la patience, mis de côté des ambitions pour gagner en sérénité, en joie de vivre et j’ai trouvé que tous ces changements m’allaient bien ! Et j’ai souri quand on a commenté ma photo « oh tu n’as pas changé ! ». Si, tellement et en bien !

Réponse

Laisser un commentaire