Aux beaux jours

Hier, en mai 2011

 

Tu as senti? Cet air un peu plus doux que d’habitude, ce rayon de soleil qui parvient à réchauffer ton visage?

Tu as entendu? Ce cri reconnaissable entre tous, serait-il possible qu’elles soient déjà de retour, formant dans le ciel leurs V interminables?

Le merle remplit le jardin de ses vocalises. L’écureuil s’enhardit au milieu de la pelouse. Les mésanges se disputent les dernières boules de saindoux accrochées au volet de la cuisine et l’immense bonhomme de neige n’est plus qu’un vague souvenir sur l’herbe aplatie.

Tu as oublié tes gants et ton écharpe et tu n’as même pas eu froid. Les jours rallongent imperceptiblement et mon cœur s’allège lui aussi. Je n’ai jamais été un oiseau de nuit. La nuit la douce chaleur de la maison m’appelle et me garde à l’intérieur, à l’heure où le chien devient loup je me presse au dedans et me serre contre la cheminée, trop tard il est trop tard pour entreprendre. Bientôt l’heure d’été signera la libération, les portes que l’on ouvre à toute volée en laissant s’engouffrer le parfum des cerisiers en fleurs, les promenades d’après dîner les palabres sur la terrasse au soleil couchant le dos contre les vieilles pierres encore chaudes. Alors reprendra la vie et de mes mains sortiront à nouveau les mots qui peinent à franchir les couches qui me séparent du monde. Alors je sortirai de ma torpeur. Alors tout me paraîtra plus simple et plus léger, moins pressé, vite vite avant la nuit qui m’oppresse. Aux beaux jours tout semble plus facile, tu ne trouves pas?

Bientôt ce sera le temps du rose des magnolias, du jaune du colza, des pétales de cerisier qui volent au vent comme les confettis du carnaval, l’odeur entêtante des lilas les couleurs qui hurlent et chassent le gris de nos rétines, bientôt ce sera le temps des projets, bientôt la vie reprendra ses droits. Il a encore neigé hier, mais je m’emploie à l’oublier.

 

Les commentaires

Shaya

Par la fenêtre je vois la neige qui tombe. Encore. Et comme toi je m’emploie à l’oublier, photos souvenirs de l’été dernier ou de celui d’avant.
Mais toi tu me rappelles surtout que le soleil et la chaleur reviendront. Merci.

Réponse
Adelles

Les grues sont passées le week-end dernier dans le Périgord où je me trouvais (un peu malgré moi)… Ma belle-mère a tenté de les faire voir à mes Poites de filles et puis, le temps d’enfiler les chaussures à la fermeture éclair qui coince toujours à la cheville et de s’emmitoufler, gants y compris… elles étaient déjà loin.
Mais bon, on va dire qu’on va vers le meilleur…

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Elles ne sont pas encore toutes passées, elles en verront bientôt!

Réponse
Filledesbrumes

Souvent tes mots me parlent, à chaque fois tes mots me touchent, et je me tais. Mais aujourd’hui tes mots sont moi et je veux te dire que je comprends TELLEMENT ce que tu écris!!

Réponse
La Fille aux yeux couleur menthe à l'eau

Faut pas se taire, Filledesbrumes 😉

Réponse

Laisser un commentaire