Les millièmes de secondes

tumblr_mpdk05Lya61rm9bqpo1_500

 

Quelques heures plus tôt, on avait décidé de bouleverser tous nos principes et de faire un plateau repas familial, assis par terre au salon devant la télé. On imaginait déjà l’hystérie collective qui les prend à chaque fois qu’on se couche un peu trop tard, qu’on a le droit de regarder un DVD le soir, qu’il y a des invités, ou même qu’on peut manger dehors. C’est encore mieux s’il y a des chips et pas trop de légumes évidemment. Et puis de l’Oasis.

 

Quelques minutes plus tôt, j’avais dans mon caddie de quoi boucher leurs artères sur treize générations. Et des chips. Et de l’Oasis. J’avais un peu honte en passant à la caisse, plus habituée du rayon frais et bio, mais ça me faisait rire, justement.

 

Quelques secondes plutôt, j’avais freiné, et puis souri à un lapin qui traversait ma route de campagne à grands bonds pressés. Mes pensées vagabondaient et le sourire flottait encore sous mes lèvres quand, dans un hurlement de freins, son pare-chocs a frôlé ma portière.

 

Envolé le sourire, finies les douces rêveries de ketchup sur la carpette du salon, de soda renversé sur le cuir beige du canapé. J’ai pensé soudain que tout allait si vite, et que tout pouvait s’arrêter non pas demain, mais là, tout de suite, quelques millièmes de secondes après la petite queue du lapin disparue dans le fourré. Au moment où on s’y attend le moins. Où on a fait tellement de projets. Quand on a tourné le dos à tout ce qui nous lestait, quand la vie devient sinon douce au moins jolie. Comme s’il y avait un bon moment pour que tout s’arrête, d’ailleurs.

 

Le coeur encore battant la chamade j’ai rejoint les enfants, je les ai serrés un peu plus fort que d’habitude encore, me remplissant de leur vie insolente. Tandis qu’ils mordaient dans leur hamburger, alignés sur le canapé, j’ai regretté de ne pas avoir acheté de bonbons pour le dessert. Ceux qui collent aux doigts, aux dents, et aux plaids du canapé sous lesquels ils avaient caché leurs jambes en pyjama.

 

Les commentaires

hlhelene

Quelle frayeur, quel beau texte ! Bravo pour tes mots si justes… la vie ne tient qu’à un fil parfois, profitons-en tant qu’il tient ! Et bonne soirée en famille à vous tous 😉

Réponse
CaroSelky

Comme tu as du avoir peur… C’est vrai que vivre ce genre de choses ça fout une claque en général. Ça réveille…. allez les bonbons ça sera pr la prochaine séance dvd 😉 ils seront encore meilleurs

Réponse
Anne-Marie

C’est ainsi que ça arrive……au millième de seconde, et après on a les « si »
…et si je n’avais pas hésité entre l’Oasis et l’autre, et si il n’y avait pas eu cette bonne femme qui voulait payer par CB à la caisse, mais ça marchait pas…et si je n’avais pas regardé la nana traverser le parking habillée comme en été ( en souriant) et si, et si, et si……
Après c’est de la fatalité, rien ne sert de rabâcher, de ressasser, c’est ainsi !
ps : en plus y’a pas mort de lapin, tout va bien 😉

Réponse
Marie Kléber

Malheureusement tout peut s’arrêter d’un coup. Mais heureusement il y a des choses comme ça qui nous font prendre conscience qu’il faut aimer et vivre, pleinement. Heureusement aussi il y a les soirées canapé, les bonbons et les hamburgers! Et tant pis pour les tâches sur le tapis, tant qu’il y a de la vie…

Réponse
fredauboulot

C’est ma devise depuis 2001: profiter de la vie car tout peut s’arrêter du jour au lendemain.
Contente qu’il ne soit rien arrivé.

Réponse
Lolli

Les accidents, ça remet beaucoup de choses en perspective , on se rend compte que la vie ne tient parfois qu’à un fil, qu’à une seconde près c’était la fin , qu’elle est précieuse car on en a qu’une. Alors autant la garder 😉

Réponse
Mamanlit

Ton texte me parle beaucoup… Surtout quand je suis descendue de ma propre voiture, que j’ai regardé les dégâts sur la portière arrière et que je me suis mise à pleurer en me disant « heureusement, on est mercredi, je suis toute seule dans la voiture ».

Réponse

Laisser un commentaire